Nazca

Publié le par NightWind

Image hébergée par servimg.com

La civilisation Nazca (ou Nasca) est une culture pré-incaïque du Sud du Pérou qui se développa entre 300 av. J.-C. et 800 après J .C. Il faut noter que le nom "Nazca" est dérivé du nom contemporain de la région où existait cette civilisation, le nom que ce peuple se donnait est perdu. La culture Nazca s’est développée à partir de la culture Paracas qui date de l’époque antérieure appelée période Chavin ou Horizon ancien.

La zone d’influence nazca s’étendait de la côte du Pacifique jusqu’à Ayacucho à l’est dans les Andes, et de Pisco à Arequipa du nord au sud. Les Nazcas vivaient de l’agriculture intensive qu’ils pratiquaient dans les étroites vallées des affluents du Rio Grande de Nazca ainsi que dans la vallée d’Ica, Ils avaient fortement développé l’irrigation pour pallier le manque d’eau chronique dans cette région aride en construisant des puits profonds de plusieurs mètres reliés par un réseau d’aqueducs souterrains. Ces aqueducs sont encore utilisés de nos jours.

 Image hébergée par servimg.coml'arbre

Le site central était Cahuachi (durant les cinq premiers siècles de l'ère chrétienne), à 6 km de la ville actuelle de Nazca. C’était un centre exclusivement cérémoniel (les fouilles n'ont révélé aucune trace d'activité de vie quotidienne) qui comprenait plus de quarante buttes pyramidales surmontées de structures en adobe. La plus grande de ces pyramides comportait six terrasses superposées dépassant 20 m de hauteur.

Les Nazcas pratiquaient la déformation crânienne. On faisait porter un déformateur en cuir aux nouveaux-nés, pendant un an, ce qui contraignait la croissance du crâne vers le haut. Le but était vraisemblablement esthétique. Après environ six siècles d'existence, la civilisation Nazca décline brutalement vers 350. L'explication semble être une perte de foi due à la conjonction entre une inondation plus catastrophique que les autres (elles étaient fréquentes) et un séisme. Ces évènements auraient provoqués une perte de confiance des Nazcas en leurs dieux et donc, en leurs prêtres.

Il est toutefois frappant de constater que le peuple Nazca, avant de quitter Cahuachi, a pris la peine d'enfouir rituellement la cité avec beaucoup de soin, en enveloppant d'abord tous les batiments dans une couche d'argile. C'est pour cette raison que les ruines de Cahuachi sont aujourd'hui aussi bien conservées, malgré les pillards. On trouve encore trace de la civilisation Nazca pendant quelques siècles après ces évènements, avant qu'ils ne soient assimilés par la culture Huari.

Les Géoglyphes

 Image hébergée par servimg.com

Découverts en 1926 au Pérou, les géoglyphes de Nazca sont de grandes figures tracées sur le sol, souvent figuratives, parfois longues de plusieurs kilomètres qui se trouvent dans le désert. C'est au cours d'un vol qu'un pilote péruvien, survolant la région, découvre avec étonnement les premiers tracés au sol. Dès 1939, soit plus de mille ans après la disparition des indiens Nazcas, l'archéologue Paul Kosok s'intéresse à la découverte du site et se rend sur place. C'est Maria Reiche (1903-1998), mathématicienne et astronome allemande, qui s'investira le plus sur les recherches archéologiques de Nazca. C'est à elle que nous devons la conservation du Site ainsi que les communications scientifiques qui interrogèrent le monde de la science et celui du grand public.

Le site de Nazca

Image hébergée par servimg.com

Situé sur un plateau et couvrant une superficie de plus de 500 km², le plateau de Nazca est recouvert d'une multitude de tracés de plusieurs types. Ce qui impressionne à Nazca, c’est la taille de ces tracés, qui ne sont perceptibles que lorsque l'on survole le site, en avion ou en ballon. L'araignée représentée au sol atteint plus de 50 mètres. Le fameux colibri de Nazca, lui, atteint plus de 100 mètres de long et autant de large !

 Image hébergée par servimg.com
Image hébergée par servimg.com l'araignée et le colibri

Imprimés sur la surface du plateau, les dessins franchissent les ravins, escaladent les collines sans que leur forme ni la rectitude apparente des lignes n’en soient affectées. Ces tracés représentent entre autres les divinités animales du panthéon religieux des Nazcas. On a dénombré plus de 350 de ces dessins, qui représentent soit des formes géométriques, comme des lignes droites ou des spirales, soit des animaux du panthéon nazca.

 Image hébergée par servimg.complan du plateau de Nazca (cliquez pour zoomer)

Le microclimat permet la conservation des lignes : - le plateau est l'une des régions les plus sèches du monde (30 mm de pluie par an) ; - le sol sans végétation réchauffe fortement l'air, ce qui crée un coussin d'air qui, à son tour, protège les géoglyphes du vent ; - le gypse contenu dans le sol «colle» le sable et la poussière. Comment ces dessins ont-ils été réalisés ?

 Image hébergée par servimg.com le condor

Les indiens Nazcas réalisèrent ses figurent en dégageant le sol aux endroits où étaient tracés les lignes constituants les figures. D'après l'archéologue Giuseppe Orefici, les géoglyphes sont dessinés en grattant le sol, dégageant le sol clair des roches sombres.

 Image hébergée par servimg.com au sol

L’aviation n’ayant pris naissance qu’au début du XXeme siècle, cela élimine de fait l'hypothèse de l'utilisation par les Nazcas d'un tel outil! Toutefois, plusieurs scientifiques ont émis l'hypothèse que les Indiens Nazcas aient pu se servir de ballons à air chaud. Plusieurs traces archéologiques de foyers importants peuvent permettrent de pencher vers cette hypothèse. Hélas, ce n'est qu'une hypothèse, car aucun autre fait archéologique ne permet de l’étayer avec certitude. Pourquoi ces dessins ont-ils été réalisés ?

 Image hébergée par servimg.com le chien

*°*°* Théories archéologiques *°*°*

*~* Un calendrier astronomique *~*

Paul KOSOK fut le premier à remarquer que certains tracés s'alignaient avec le soleil couchant, notamment aux périodes de solstice, ce qui l'incita à penser que les lignes de Nazca servaient à repérer les saisons. A partir de là, les autres lignes auraient été tracées afin de pouvoir fixer d'autres dates, créant ainsi un gigantesque calendrier. La représentation d'animaux serait alors un zodiaque géant et les figures géométriques (bandes et trapèzes) des éléments de visée astronomique.

 Image hébergée par servimg.com les mains

Maria REICHE, lors de ses recherches, va révéler de nouveaux dessins et tenter d'établir un modèle de mesure. À la recherche de l'unité de mesure, elle remarque la répétition de la longueur de 26m. Sa suggestion est alors de suggérer 1,30m comme unité de base. Cela correspond à la largeur de diverses lignes et rayons et à la mesure d'écartement des bras d'un homme, de la pointe du majeur à l'autre. L'hypothèse de Maria Reiche reprend le principe du calendrier astronomique. Des dates précises ont ainsi été mises en évidence sur la plaine de Nazca, comme le lever et le coucher du soleil lors des solstices (22 juin et 22 décembre) et des équinoxes (22 mars et 22 septembre). Ces dates semblent donc fixer un calendrier sur lequel apparaissent des périodes intermédiaires comme la date du 6 mai marquant le début de la récolte dans cette région des Andes.

 Image hébergée par servimg.com le singe

*~* Un site rituel *~*

Le but des figures était probablement de réaliser une procession de la communauté à l'intérieur du parcours que forme chacune des figures. C'est pour cette raison qu'elles sont d'une taille importante, afin que le parcours soit d'une longueur importante, et qu'une partie importante de la communauté puisse s'y tenir en même temps. Les figures ont également été associées au chamanisme. La théorie du site rituel est accréditée par le fait que les motifs animaux sont les mêmes que ceux qu'on trouve dans le panthéon nazca, par exemple sur les céramiques. On peut noter aussi que la plupart des figures sont constitués d'une seule ligne ne se recoupant jamais.

 Image hébergée par servimg.com le perroquet

La plupart de ces figures se trouvent près de sites préhistoriques d’art rupestre qui présentent des images similaires, mais à une plus petite échelle. Les chamans prenaient des substances hallucinogènes qui leur donnaient la sensation de voler. Ce serait la raison pour laquelle les géoglyphes sont faits pour être vus du ciel.

 *°*°* Théorie radiesthésiste *°*°*

 Image hébergée par servimg.com le trapèze

Des chercheurs de l'Université du Massachusetts ont une toute autre explication : ces lignes, selon eux, servaient de repère pour localiser les sources d'eau potables, rares dans le désert. Elles suivraient des failles sismiques dans lesquelles circulent les eaux souterraines. Le long d'une des lignes, le chercheur David Johnson a trouvé plus d'une douzaine de puits. En creusant davantage, les chercheurs ont constaté dans au moins cinq régions une forte corrélation entre la présence de sources souterraines et les fameuses lignes. Les Nazcas avaient fortement développé l’irrigation pour pallier le manque d’eau chronique dans cette région aride en construisant des puits profonds de plusieurs mètres reliés par un réseau d’aqueducs souterrains. Les figures et lignes serviraient de repères pour retrouver les résurgences et sources alimentant ce réseau.

 *°*°* Théorie ufologique *°*°*

 Image hébergée par servimg.com l'astronaute

Une théorie ufologique a été largement popularisée par Erich von Däniken en 1968 dans le livre Chariots of the Gods. Les figures de Nazca seraient soit une piste d'atterrissage pour les vaisseaux spatiaux extraterrestres, soit un message réalisé par la population locale qui leur serait destiné. De toutes les hypothèses sur les fonctions de ces tracés, celle-ci remporte le plus de succès de par son côté extraordinaire. Malheureusement, cette hypothèse ne repose que sur une intuition et ne résiste pas à une étude succincte, car s'il s'agit de pistes d'atterrissage, les vaisseaux auraient immanquablement laissé des traces, du fait des caractéristiques géologiques et météorologiques du plateau. Or ce n’est pas le cas. De plus cette théorie ne donne aucune explication cohérente pour les figures d'animaux.

 Image hébergée par servimg.com la spirale

Nul ne peut contester le fait que Nazca est un formidable trésor archéologique. Avec peu de moyens, des hommes d'une civilisation datant des premiers siècles avant notre ère réalisèrent des travaux étonnants. Ils eurent la volonté de laisser des traces d'un savoir que nous avons du mal à comprendre de nos jours.

 Image hébergée par servimg.com personnages

Commenter cet article

Gilles 26/07/2009 10:08

Voilà, je crois que j'ai résolu le mystère du "comment ont-ils fait les dessins". Et ce n'est vraiment pas sorcier, pour ne pas dire assez enfantin. Vous pouvez voir le résultat de mon expérimentation sur le lien Youtube.
Quand au "pourquoi ont-ils fait des dessins", j'ai aussi ma petite idée, toute rationnelle et parfaitement culturelle, si l'on admet que les Amérindiens sont bien venus de l'Asie...

Nathasarah 13/12/2008 16:46

Tous ces témoignages d'un autre temps sont en effet assez impressionnants pour ne pas dire plus et je ne suis pas certaine que l'on parviennt à percer les mystères d'une telle prouesse, au regard des moyens de l'époque...
une réflexion cependant : la déformation des cranes des nouveaux nés était également pratiquée en égypte dans une certaine catégorie de population me semble t il, de là à penser qu'il y a encore autre chose à l'origine de cette pratique particulière, commune à ces deux peuples qu'un océan sépare, il n'y a pas loin...
et tant qu'à faire, une seconde réflexion : les populations de ces lieux n'avaient elles pas l'intention de réintégrer leur village pour prendre ainsi la peine d'envelopper ainsi leurs batisses ? encore un mystère qui attendra patiemment d'avoir un jour peut être une réponse...
merci kathy pour toutes ces connaissances que tu partages avec nous.