Margaret Murray et le Mythe de l'Ancienne Religion

Publié le par NightWind

La plupart des erreurs que l’on entend au sujet de l’histoire de la Wicca et de la sorcellerie ont commencé avec une anthropologue nommée Margaret Murray. Dans les années 20, elle publia un livre sur la sorcellerie européenne (the Witch-Cult in Western Europe), malgré le fait que la totalité de son parcours académique soit entièrement basé sur l’égyptologie. Ce qu'on oublie souvent de mentionner, c’est que ses théories sur la sorcellerie furent totalement discréditées il y a plusieurs dizaines d’années, à cause d’un manque flagrant de preuves et de professionnalisme.

 

Elle croyait, pour résumer, qu’il y avait une Ancienne Religion en Europe, bien avant le Christianisme, et que cette religion avait survécu en secret pendant des siècles malgré les tentatives de l’Eglise pour l’anéantir, tentatives qui culminèrent avec la chasse aux sorcières, que les wiccans ont par la suite nommée le Temps des Bûchers (the Burning Times).
D’après Murray, le culte sorcier était la plus vieille religion du monde et était pratiqué par les gens de l’Age de Pierre. Ses preuves : deux peintures rupestres qui, d’après l’historien Ronald Hutton, ne décrivent absolument pas ce que Murray y voyait. L’une des images est soi disant un groupe de personnes qui dansent en cercle, l’autre est soi disant un prêtre vêtu de peaux de bêtes et portant des bois de cerf sur sa tête.

Le culte sorcier théorique de Murray vénérait un unique dieu cornu, que les prêtres imitaient en portant des bois de cerf. Les chrétiens, voulant exterminer ce culte, déclarèrent que le dieu cornu était Satan. Les histoires de réunions de sorcières où Satan était présent peuvent ainsi être expliquées par le déguisement rituel du prêtre.

Murray énonça par ailleurs plusieurs "faits" sur les sorcières qui sont maintenant enracinés dans la Wicca. Par exemple, elle déclara que les covens avaient toujours treize membres. Ensuite, elle fit la liste des quatre fêtes que nous acceptons à présent comme Sabbats Majeurs. Elle relia spécifiquement le mot coven aux sorcières, alors que le mot originel signifiait simplement assemblée, et non assemblée de sorcières.

Murray n’était ni wiccane, ni païenne, ni une adepte de l’Ancienne Religion, aussi n’avait-elle rien à gagner en trompant ses lecteurs. Elle pensait probablement honnêtement qu’elle avançait des vérités historiques, bien que ses méthodes de recherche puissent être qualifiées d’ignorantes ou de franchement trompeuses. Par exemple, elle fournit plusieurs citations des documents relatant des procès en sorcellerie, mais qui sont données totalement hors contexte, et au moins dans un cas, elle supprima le milieu d’un paragraphe, plaçant ensemble le début et la fin comme s’ils ne formaient qu’un seul train de pensées, modifiant ainsi toute la signification du texte.

L’Hindouisme et le Judaïsme sont parmi les plus vieilles religions du monde et leur âge se mesure à quelques millénaires. Aucune religion n’approche les 25000 ans, pour un certain nombre de raisons :

- A notre connaissance, aucune culture n’a survécu 25000 ans. Quand les cultures se mélangent entre elles, les religions se mélangent aussi, et lorsque les cultures sont anéanties ou déclinent, leurs religions suivent le mouvement.
- Cette période est antérieure à l’arrivée de l’écriture, qui est un outil inégalable pour préserver une tradition religieuse.
- En admettant qu’une tradition ait survécu pendant des dizaines de milliers d’années sans le support écrit, nous n’aurions aucun moyen de le savoir. Les objets et artefacts peuvent nous donner un aperçu des croyances possibles, mais ce ne sont que des possibilités et non des faits.
- Les besoins changent. Il n’y avait pas de villes il y a 25000 ans. Il n’y avait pas d’agriculture. Les gens chassaient et cueillaient en petits groupes, parce que leur mode de vie ne pouvait supporter que des petits groupes. Avec l’évolution de la culture, les croyances évoluaient aussi. Les dieux de la chasse eurent moins d’attrait lorsque les gens se sont tournés vers l’agriculture, par exemple. Les besoins et les désirs d’une ville sont différents de ceux d’une tribu nomade.

En outre, depuis l’arrivée de l’écriture, il n’y a jamais eu une seule religion qui soit uniformément pratiquée en Europe occidentale avant le christianisme. C’est un fait. Chacune des cultures du continent européen possédait son propre panthéon, ses propres histoires, ses propres mythes de la création et de l’après-vie. Prenez n’importe quel livre sur les mythologies européennes ou les religions pré chrétiennes et vous le verrez par vous mêmes. Il y a des similarités, le résultat d’interactions occasionnelles entre les cultures, mais chaque religion et chaque mythologie est une entité indépendante. En fait, on peut aussi trouver des similarités entre ces religions et le christianisme. Cela ne veut pas dire qu’il s’agit de la même religion, ni qu’elles trouvent leur source dans une religion commune antérieure pour laquelle il n’existe aucune preuve.

De plus, l’idée que les Wiccans suivent une religion pré chrétienne, quelle qu’elle soit, est une erreur. La plupart d’entre nous vénèrent d’anciennes divinités, et certains d’entre nous essaient d’incorporer l’esprit des rites anciens, mais le fait est que notre connaissance de ces rites varie d’incomplète à très partielle, selon le panthéon en question. Même Gerald Gardner a reconnu que les rituels qu’il avait reçus du coven de la Vieille Dorothy étaient très fragmentaires, et qu’afin de les rendre praticables, il avait dû les compléter avec d’autres choses.

Ces compléments venaient principalement de la magie cérémonielle : l’Ordre  de la Golden Dawn, la Théléma, la franc-maçonnerie, et d’autres entités occultes du 19e et du début du 20e siècles. Mais même l’âge de ces "fragments" n’est pas si ancien. Il n’y a simplement aucune preuve suggérant une survivance de l’Ancienne Religion au Moyen Age. Certes, quelques aspects des croyances païennes sont restés sous des formes altérées (les dieux sont devenus des fées, des esprits et des saints, par exemple), mais cela ne signifie pas que la religion elle-même ait survécu. Certes, les gens continuaient à croire et même à pratiquer la magie, mais la pratique magique ne nécessite pas l’existence d’une religion païenne.
C’est comme si on disait que tous ceux qui célèbrent Noël, en échangeant des cadeaux et en réveillonnant, sont des chrétiens. Des millions de gens célèbrent cette fête chaque année sans lui accorder une importance religieuse. Ce n’est pas parce que des aspects d’une religion survivent que la religion a survécu.

Tous ces faits ne portent pas atteinte à la validité de nos croyances, cela signifie simplement que ces croyances ne sont pas anciennes. Et de toutes façons, je me demande pourquoi les gens trouvent si important de prouver que leur religion était là avant les autres. Est-ce que seules les religions anciennes sont valables ? Mais toutes les religions ont été nouvelles à un moment donné !
La Wicca a approximativement 60 ans. Nous avons adopté certains aspects de religions plus anciennes, nous invoquons même certains de leurs dieux, mais cela ne signifie pas que nous suivons ces religions. Le Judaïsme et le Christianisme partagent l’intégralité de l’Ancien Testament, sans parler de l’être suprême, mais ce ne sont pas les mêmes religions.

Publié dans Au delà des Bases

Commenter cet article