Les Aspects Sombres du Dieu et de la Déesse

Publié le par NightWind

textes postés à l'origine sur forum wicca et ésotérisme, le 14 Fév 2007 sous le pseudo de Moonstonekat.

 

Un Wiccan ne peut se proclamer comme tel si les aspects sombres des Dieux ne sont pas connus, acceptés et compris par lui en tant que partie intégrante de la foi, voire même comme fondation de la foi.

Nous ne devons pas confondre les mythes et les peurs populaires qui tournent autour du mot "sombre" lorsque nous parlons de la Wicca. Sans les Ténèbres, il n’y a pas de Roue, pas de naissance, de vie et de renaissance. Il n’y a rien d’autre que ce que l’on appelle communément le syndrome "Fluffy Bunny". Pourquoi avons-nous peur de ce qui est sombre? En partie à cause de notre nature d’êtres humains : nos anciens prédateurs chassaient la nuit, nous ne sommes pas capables de voir clairement dans la nuit, il est donc compréhensible que nous soyons méfiants vis à vis des ténèbres.

 

L’aspect sombre des divinités n’est pas une sorte de personnification du mal, de la méchanceté et de tout ce qui est négatif. Cela n'a strictement rien à voir avec l'idée judéo-chrétienne du mal, ne confondons pas ! A cause de cette méprise fréquente, l'aspect sombre des divinités est largement passé sous silence dans 90% des sites sur la Wicca. On "oublie" qu'au-delà du fait que la Déesse est mère de tout le vivant, elle est aussi celle qui reprend la vie ou qui la protège de toute sa fureur. On "oublie" que le Dieu n'est pas seulement le gardien des animaux sauvages, il est aussi le chasseur... Car de même que la nature n'est pas tout amour et petits lapins blancs, les divinités ont aussi un côté violent et destructeur.

 

Au travers de la mythologie, la Vieille Femme, la Mère Sombre a été dépeinte par des représentations négatives des malheurs de l’existence humaine : la maladie, la guerre, la stérilité, la mort et la destruction. Elle est une collectionneuse de crânes. Le Seigneur sombre ne s’en sort guère mieux : on le voit comme le gardien silencieux du monde souterrain et de la terre des morts. C’est lui aussi qui amène le Chaos, la guerre et la destruction. Tandis que la Vieille Femme accumule les crânes, il accumule les âmes. Mais même si ces représentations sont vraies, il faut aussi regarder l'autre côté des choses :

 

La Vieille Femme, par la mort, amène la renaissance. Elle est la sagesse infinie, la connaissance et la justice. Le Seigneur sombre est le Chaos, mais c’est par le Chaos que naît l’Ordre. Il rassemble les âmes et de leurs énergies, il en crée de nouvelles.

 

Le pouvoir qui se cache derrière le symbolisme des aspects sombres est véritablement formidable. C’est le pouvoir de bannir, de détruire et de terminer. Nous devons toujours avoir des intentions très claires lorsque nous faisons appel à ces aspects sombres, car il n’y a pas de marge d’erreur, pas de "oups, je me suis trompé(e)". Oubliez les excuses et les regrets. Si vous faites appel à ces forces et qu’elles se mettent à l’œuvre, il n’y a pas de marche arrière, alors soyez certains d’avoir suffisamment recherché, étudié et compris ce avec quoi vous allez travailler avant d’entreprendre tout travail magique faisant intervenir ces forces.

 

Nous avons besoin de ces aspects sombres car nous visons à l’équilibre en toutes choses, c’est une des pierres de fondation de la croyance wiccane. Il faut comprendre et accepter que les Ténèbres sont un absolu. C’est l’équilibre de la vie et il n’y a rien à en craindre. Quand l’individu comprend vraiment cet équilibre et l’accepte comme partie intégrante de tout, y compris lui-même, il en ressort une paix et une plénitude incomparables.

Sans cette compréhension, sans cet équilibre, il n’y a rien. Pas une moitié, pas une partie, rien.

 

La Déesse Sombre

Le symbole de la Déesse Sombre est la nouvelle lune. Elle est la Vieille Femme, la Grande Reine, la Suprême Déesse de la Guerre. Elle est le destin et la mort, le berceau et la tombe. Elle est guerrière, protectrice, guérisseuse et sage. Elle représente la vieillesse, l’hiver et la destruction. Elle est connue comme la Morrighan chez les Celtes, mais aussi Scathatch Kali, Hecate, Lillith, et une multitude d’autres noms dans les autres cultures.
Son symbole est le corbeau ou la corneille. Elle est la patronne des sorcières et des prêtresses, elle règne sur la vengeance, la nuit, la magie et la prophétie. On peut l’invoquer pour la justice, la protection, la sagesse, pour obtenir de la force et pour la divination. Elle aide aussi à bannir la peur, la maladie et les mauvaises habitudes. Elle protège les enfants et aide à atteindre l’équilibre de façon générale.

 

La Charge de la Déesse Sombre
auteur inconnu, traduction © Moonstonekat.

 

La sagesse et le pouvoir sont les présents de la Déesse Sombre de la Transformation.
Elle porte les noms de Kali, Hecate, Cerridwen, Lilith, Persephone, Fata, Morgana, Ereshkigal,
Arianhrod, Durga, Inanna, Tiamat, et des millions d’autres noms :
Entends-moi, enfant, et connais-moi pour qui je suis.
Je suis avec toi depuis que tu es né et je serai avec toi
jusqu’à ce que tu me reviennes au crépuscule final.
Je suis l’amante passionnée et séductrice qui inspire les rêves des poètes.
Je suis celle qui t’appelle au bout de ton voyage.
A la fin du jour, mes enfants trouvent le repos entre mes bras.
Je suis le ventre d’où sont nées toutes les choses.
Je suis la tombe sombre et immobile;
toutes les choses doivent venir à moi et mourir et renaître dans le Tout.
Je suis la Sorcière que l’on ne peut gouverner,
la Tisseuse du Temps, celle qui enseigne les Mystères.
Je coupe les fils qui me ramènent mes enfants.
Je tranche la gorge des cruels et je bois le sang des infâmes.
Ravale ta peur et viens à moi, et tu découvriras la vraie beauté, la force et le courage.
Je suis la furie qui arrache la chair de l’injustice.
Je suis la forge brûlante qui transforme tes démons intérieurs en outils de pouvoir.
Ouvre-toi à mon étreinte et dépasse-toi.
Je suis l’épée étincelante qui te protège du mal.
Je suis le creuset dans lequel tous les aspects de ton être
se fondent en un arc-en-ciel d’union.
Je suis le velours sombre de la nuit, les volutes brumeuses de minuit, enveloppée de mystère.
Je suis la chrysalide dans laquelle tu affrontes ce qui te terrifie
et de laquelle tu émerges, vibrant et renouvelé.
Cherche-moi aux carrefours et tu seras transformé,
car une fois que tu as vu mon visage, il n’y a pas de retour.
Je suis le feu qui dévore les entraves.
Je suis le chaudron dans lequel les contraires se rencontrent.
Je suis la toile qui connecte toutes les choses.
Je suis la Guérisseuse de toutes les blessures,
la Guerrière qui redresse tous les torts.
Je rends les faibles forts.
Je rends les arrogants humbles.
Je libère les opprimés et j’affranchis les esclaves.
Je suis la Justice tempérée de Pitié.
Plus important encore, enfant, je suis toi.
Je suis une partie de toi, et je suis en toi.
Cherche-moi à l’intérieur et à l’extérieur, et tu seras fort.
Connais-moi.
Aventure-toi dans la nuit afin de t’éveiller à l’équilibre, à l’illumination et à la plénitude.
Prends mon amour avec toi partout
et trouve le pouvoir en toi d’être ce que tu souhaites être.

 

Le Dieu Sombre

Le Seigneur Cerf, le Dieu Cornu de la Chasse, le Seigneur de la Forêt. Le Dieu Sombre est représenté par le soleil faiblissant à Samhain. Il approche la fin de son cycle de vie et il est représenté comme protecteur et guerrier. Il est aussi la Mort, la fin de la Vie.

 


La Charge du Dieu Sombre
auteur inconnu, traduction © Moonstonekat


Je suis le feu dans ton cœur, le désir de ton âme.
Je suis le chasseur de la connaissance et le chercheur de la Quête.
Je suis celui que l’on appelle la Mort, et je me tiens dans l’ombre de la Lumière.
Entends mon appel, viens à moi et apprends les secrets de la mort et de la paix.
Je suis le blé à la moisson et le fruit sur l’arbre.
Je suis celui qui te mène à la maison.
Le fouet et la flamme, la lame et le sang, ce sont les cadeaux que je t’offre.
Fais appel à moi dans la forêt sauvage et cherche-moi dans les ténèbres lumineuses.
Je te parle dans ta quête, moi qu’on a nommé Pan, Herne, Osiris et Hades.
Viens danser et chanter, viens aimer et sourire, car ce sont mes célébrations.
Vous êtes mes enfants et je suis votre père.
Sur les ailes de la nuit, c’est moi qui vous couche
aux pieds de la Mère pour vous faire renaître et revenir.
Toi qui penses me connaître, sache que je suis le vent sauvage,
la furie de la tempête et la passion de ton âme.
Cherche-moi avec courage, de crainte d’être balayé dans ta quête.
Cherche avec fierté et humilité, mais aussi avec amour et force,
car telle est ma voie et je n’aime ni les faibles ni les craintifs.
Entends mon appel dans les longues nuits d’hiver,
et nous nous tiendrons debout pour garder la Terre qui dort.

 

Publié dans Au delà des Bases

Commenter cet article

Noko 15/06/2010 22:48


C'est intéressant de voir la complémentarité du Dieu et de la Déesse autant dans le Sombre que dans la façon dont on les voit d'habitude. J'avoue n'avoir jamais vraiment entendu parler du côté
sombre avant et finalement il s'agit simplement de l"équilibre" ... ce a quoi nous sommes quotidiennement confrontés.

Tellement logique, ça coule de source.

Merci pour tes traductions,
Nokomis