6 mois 180 jours

Publié le par NightWind

Tu me manques tellement ! Ton absence est un vide terrible, comme un tourbillon noir qui cherche à m'engloutir. Tant de mots viennent me rappeler indéfiniment que tu n'es plus là. J'entends partout autour de moi que le temps panse les blessures, mais pourtant cette blessure ne se referme pas, elle est toujours à vif, toujours aussi douloureuse.
Six mois que tu es partie, six mois que je fais les choses mécaniquement, parce qu'il faut continuer. Six mois que mes larmes continuent de jaillir dès que je pense à toi, six mois que je ne parviens pas à oublier la souffrance que tu as endurée, la douleur insupportable qui t'a torturée. Six mois à être hantée par le souvenir de ce que la maladie a fait de toi, au point de ne plus pouvoir me rappeler qui tu étais avant, ni les bons souvenirs dont tout le monde me parle.
Six mois, cent quatre-vingts jours, quatre mille trois cent vingt heures, et tant de minutes, tant de secondes sans toi, sans tes mots, sans tes calins, sans tes sourires.
Six mois de vie vide, six mois de survie, six mois de larmes et de faux-semblants, parce que "la vie continue", six mois à faire "comme si", si mois à faire semblant, six mois de doute et de questions, six mois de "pourquoi?", six mois de colère, six mois de haine...
Six mois de "plus jamais"...............

Publié dans Humeurs et Autres

Commenter cet article