Tempêtes solaires prévues en 2012 © Keay Davidson

Publié le par Kat-NightWind

http://www.sfgate.com/cgi-bin/article.cgi?file=/c/a/2006/03/07/MNGAFHJJL91.DTL

par Keay Davidson, Chroniqueur scientifique San Francisco Chronicle - 7 Mars 2006

Une période de 11 ans de tempêtes solaires de plus en plus importantes - qui pourraient faire sauter les réseaux électriques, perturber les appels des téléphones portables, faire retomber les satellites sur Terre, mettre en danger les astronautes dans l’espace et forcer les avions de ligne à modifier leurs routes pour protéger leurs communications radio et pour éviter de dangereuses radiations solaires - pourrait commencer dès cet automne, ont annoncé les scientifiques lundi.
Lorsque le cycle d’activité solaire atteindra son apogée en 2012, il enverra vers la Terre des tempêtes solaires massives de plusieurs millions de kilomètres, avec d’intenses radiations et des nuages de particules subatomique à grande vitesse, selon les scientifiques.
Une tempête de cette magnitude pourrait court-circuiter un monde qui dépend de plus en plus des réseaux de communication par satellite et des grandes installations. Une tempête similaire en 1989 a causé une panne totale du réseau électrique d’une durée de 5 heures au Québec.

Les prévisions de lundi ont été annoncées par des scientifiques de la NASA et de la National Science Foundation, se basant sur des recherches effectuées au National Center for Atmospheric Research dans le Colorado.
Les scientifiques ne sont pas d’accord sur le moment exact où ce cycle débutera – un des chercheurs annonce que le cycle commencera fin 2007 ou début 2008, et un autre dit qu’il pourrait débuter en fin d’année ou début 2007. Mais ils sont d’accord pour dire que les tempêtes les plus sévères n’apparaîtront pas à la surface du soleil avant plusieurs années, mais que lorsque ce sera le cas, elles seront énormes.
Les tempêtes solaires du passé ont provoqué la panne de très grands réseaux, et perturbé l’électronique globale et la communication de données, mais "le prochain cycle de taches solaires sera de 30 ou 50% plus fort que le dernier," ont dit les scientifiques dans l’annonce de lundi.
Dépasser ce seuil de 50% en ferait le cycle solaire le plus intense depuis la fin des années 1950, et le placerait juste après le pire depuis le début du 18e siècle, a confié Peter Gilman, l’un des chercheurs, dans une interview téléphonique.

Les astronomes vont surveiller le soleil quotidiennement dans les mois qui viennent pour voir comment il se porte. Les signes précurseurs seront la formation de grands groupes de taches solaires, qui sont des zones du champ magnétique solaire qui sont plus froides que le reste du soleil.
Les tempêtes solaires peuvent arriver à tout moment pendant un cycle solaire de 11 ans. Toutefois, les pires tempêtes se produisent plus fréquemment pendant la période appelée "maximum solaire," ou solar max. Le dernier solar max a eu lieu en 2001.
Les scientifiques sont confiants en leurs prédictions pour 2012 car ils ont utilisé avec succès un nouveau modèle de simulation par ordinateur pour "prévoir" le passé. C’est-à-dire qu’ils ont utilisé les archives des anciens cycles solaires pour voir comment le soleil aurait dû se comporter pendant les 8 cycles passés, remontant jusqu’au début du 20e siècle. Ils ont "prédit" le comportement passé du soleil "avec plus de 98% de précision" ont dit les scientifiques.

Les victimes du cycle pourraient être les satellites. Les tempêtes à venir pourraient réchauffer les niveaux supérieurs de l’atmosphère terrestre, en la faisant grossir et exercer une attraction sur les satellites de basse altitude- peut-être assez pour en faire tomber quelques-uns. Les tempêtes solaires ont été une des causes de la chute prématurée de la station spatiale américaine. Skylab en 1979.
Les voyages aériens pourraient être également affectés. Depuis la fin de la guerre froide, pour éviter les vents, les compagnies aériennes utilisent de plus en plus les routes subpolaires pour entre les USA et les autres continents de l’hémisphère nord. Mais pendant les tempêtes solaires, elles doivent éviter les pôles et utiliser des routes plus méridionales.
Elles le font en partie pour éviter que leurs communications radio soient perturbées au-dessus du pôle et en partie pour éviter d’exposer les passagers – surtout les femmes enceintes – aux radiations plus fortes, explique le spécialiste des tempêtes solaires Joseph Kunches, chef de la branche prévisions et analyses du U.S. National Oceanic and Atmospheric Administration's Space Environment Center à Boulder, Colorado.

Publié dans Autour de 2012

Commenter cet article