Les Filles de la Dame d'Argent en Bourgogne

Publié le par Kat-NightWind

Dimanche 12 avril 2009, 10h45

A l'heure où les cloches sonnent le début de la messe de Pâques, appelant les fidèles couchois à venir communier avec l'esprit saint, il se passe quelque chose de bizarre dans la bourgade. Des têtes se tournent, des regards légèrement apeurés perçoivent l'étrangeté de ces deux femmes vêtues de noir qui sont venues du Sud, accompagnées par une cohorte de corbeaux, et qui arpentent à présent la rue principale.

S'écartant par instants de la rue pour mieux s'imprégner des lieux, les deux femmes s'arrêtent finalement en face de la mairie, restant éloignées de l'église vers laquelle se presse une foule endimanchée.
L'une des deux scrute la route qui monte vers le centre du village, ses yeux cherchant le véhicule qui doit amener les renforts venus du Nord. Les voilà enfin !
Le véhicule s'immobilise, libérant trois autres femmes et une adolescente qui en descendent, l'air un peu hagard. Un sourire étrange aux lèvres, le petit groupe se rassemble. Accolades et embrassades accompagnent les premiers rires au centre de la bourgade jusque là paisible.

D'un pas un peu hésitant, les cinq femmes et l'enfant partent explorer les petites rues du village, cherchant on ne sait quoi, prenant en photo les chats et les troncs torturés des vieux arbres.

Bavardant sans vergogne dans les rues presque désertées, elles se laissent guider par leur instinct, tombant sans le savoir sur des lieux chargés d'histoire, au hasard des ruelles.


S'intéressant aux puits et aux vieilles maisons, elles tentent de percer les mystères qui se dissimulent derrière les portes centenaires.


Attirées comme un aimant vers l'eau, comme si elles cherchaient à retrouver la Vouivre, elles font une halte auprès d'une petite rivière qui serpente au pied des maisons.

Dessinant de leurs pas un pentagramme autour du lieu de leur rencontre, elles finissent par y revenir pour un repas rituel dont sont témoins les vieilles bâtisses.

Mais en sorcières qu'elles sont, elles ne résistent pas longtemps au carillon des cloches et à l'architecture d'une époque où leurs semblables étaient conduites au bûcher.

Aussi, dès leurs agapes terminées, quittent-elles le village bourguignon en direction des vestiges païens méconnus auxquels elles sont venues rendre hommage.

Tournant autour des menhirs, faisant fuir les curieux par leur étrange manège, elles prennent peu à peu possession des lieux.


Portées par les énergies des mégalithes qu'elles caressent avec ferveur, elles parlent aussi aux arbres qui se dressent sur le site, avant de dresser un bien curieux autel autour duquel elles se regroupent.

Là elles finissent par signer le grimoire qui porte la trace de leur pacte magique, tout en partageant d'étranges nourritures colorées, autour de surprenantes idoles.


Publié dans Humeurs et Autres

Commenter cet article

Tom 17/04/2009 18:42

Magnifique!

Tu as un talent de conteuse qui m'a tenu en haleine sur quelques lignes. J'ai cru reconnaître quelques têtes (oui oui, de dos) sur ces photos, qui sont par ailleurs très belles. Je suis content que vous ayez passé un moment aussi magique.

BB

lisenn 16/04/2009 13:13

Une bien belle journée semble t'il !!!!

Niniane 16/04/2009 10:50

Je viens de tomber sur ce blog que je trouve super. Je suis heureuse de constater que la rencontre c'est très bien passée mais plus encore je suis attirée par ces boites avec les figurines qui sont plus que superbes, j'ai d'ailleurs pendant uhn moment voulu m'en confectionner une mais j'ai jamais trouvé ce qu'il fallait. Bonne continuation pour votre cercle.