'Couleur' de la Magie, responsabilité et libre arbitre

Publié le par NightWind

On trouve fréquemment, dans les divers livres ou sites internet, les termes ‘magie blanche’, ‘magie noire’, ‘magie rouge’, etc. Ces termes servent généralement à distinguer l'intention du praticien dans son utilisation de rituels mettant à contribution des énergies dites bienveillantes ou malveillantes. Ainsi, on trouve les définitions suivantes :
Magie blanche : pratique positive et bienveillante.
Magie noire : pratique malveillante et négative.
Magie rouge ou rose : tout ce qui concerne les rituels d’amour. La magie rouge peut aussi désigner la magie sexuelle.
Magie verte : la magie des plantes

Je pense que cette classification par ‘couleurs’ de la Magie est une mode qui n'a que peu d'intérêt réel, et qui, ce qui est plus grave, donne l'impression que certaines pratiques (comme les rituels pour rendre l'autre amoureux) sont anodines.

Tout d'abord, la Magie n'a pas de couleur. C'est une force, une énergie neutre que nous utilisons, modelons, et transformons à nos souhaits, selon nos besoins, ou nos désirs. Les forces utilisées par les différents praticiens sont les mêmes, il n’y a pas une énergie réservée aux  ‘gentils’ et une autre réservée aux ‘méchants’. C’est le mage qui décide de ce qu’il va faire de ces énergies : les diriger pour faire le bien pour lui et autour de lui, ou encore pour faire le mal autour de lui à son propre profit.

Ensuite, si je comprends, à la rigueur, que l'on veuille distinguer magie bénéfique et magie maléfique, je ne comprends pas pourquoi il faudrait faire une classification à part pour la magie des plantes, puisque bon nombre de ritules magiques utilisent des plantes. Mais ce qui m'agace vraiment, c'est le fait de classifier à part les rituels d'amour, en évitant ainsi le nécessaire questionnement sur le but positif ou négatif de tels rituels.

Ce qui m’amène à une petite parenthèse sur le libre arbitre et la notion de responsabilité personnelle.
Ma pratique de la Wicca est basée sur la tradition éclectique, et l’un des enseignements principaux de cette tradition est la responsabilité personnelle. Nous, et nous seuls, sommes responsables de nos actes ; pas le divin, pas nos parents ou nos amis. C’est nous qui avons le choix de nos actions.
Il me semble que bon nombre de personnes sont prêtes à laisser de côté leur libre arbitre pour se soumettre entièrement à un ‘destin’ nébuleux. Ils acceptent le fait que tout arrive est parce que Dieu (n’importe lequel, faites votre choix) l’a souhaité, ou parce que cela fait partie du projet divin. Je ne crois pas que les événements de nos vies soient causés par un projet divin. Je pense plutôt que nous avons une série de leçons à apprendre dans notre vie, mais que cela dépend de nous de chercher ces leçons, de les apprendre, et de faire bon usage de ce que nous avons appris.
Croire que notre vie est déjà planifiée nous rend paresseux dans nos choix. On peut choisir de faire ou de ne pas faire quelque chose parce que l’on croit que sa vie n’en sera pas modifiée, et pourtant nous savons tous que ce n’est pas le cas : c’est votre choix de rentrer chez vous en voiture alors que vous avez trop bu, et l’accident que vous risquez d’avoir n’est pas une décision divine !

Accepter la responsabilité de ses actes demande de la force intérieure, et il faut aussi être assez intelligent pour se rendre compte que parfois certaines choses sont totalement hors de notre contrôle. Peu importe les efforts que nous faisons, tout le monde ne va pas nous apprécier ou nous approuver, et nous ne pouvons pas sauver le monde entier non plus. Ce n’est pas parce que ‘c’est ainsi’, mais parce que nous avons tous le libre arbitre d’agir comme nous le désirons.
Si l’on se dit wiccan et que l’on estime que le libre arbitre est quelque chose d’important, aller à l’encontre du libre arbitre d’autrui devient alors contraire à l’éthique. Les rituels de magie dite ‘rose’ ou ‘rouge’ en sont, à mon avis, un exemple typique : il s'agit d'imposer à l'autre sa volonté, de lui enlever son libre-arbitre, de l'emprisonner dans un sentiment qui n'est pas le sien.
De la même manière, utiliser la Magie pour aider ou soigner quelqu’un à son insu ou contre sa volonté devient aussi un problème éthique, une décision qui doit être mûrement réfléchie et qui implique sa responsabilité personnelle. Le choix que vous allez faire de passer outre le libre arbitre d’une personne en pratiquant un rituel qui l'affecte, ou de respecter ce libre arbitre en ne faisant rien, implique que vous acceptez les conséquences de ce choix.

Comme on peut le voir, accepter le libre arbitre et la responsabilité personnelle est difficile et demande une grande force intérieure. Mais je crois que la vie ne peut être pleinement satisfaisante que si l’on développe cette force. Et je pense également qu’il est important, lorsqu’on veut pratiquer la Magie, d’être conscient qu’il s’agit d’un choix qui n’est en aucun cas anodin. Bon nombre de personnes se lancent dans la Magie sans réfléchir, en pratiquant des rituels qui semblent inoffensifs. Mais il faut bien, à un moment ou à un autre, sortir la tête de son nombril et se demander comment ce que nous faisons affecte les autres. C’est déjà vrai au niveau de nos actions de tous les jours, c’est encore plus important au niveau de nos actions magiques.

Publié dans Magie

Commenter cet article