Réflexions d'Ostara

Publié le par NightWind

L’équinoxe de printemps tombe généralement entre le 19 et le 22 Mars. La fête de Pâques, qui commémore la résurrection du Christ, est célébrée le dimanche qui suit la première pleine lune du printemps, entre fin Mars et mi-Avril. Cette année, Ostara et Pâques tombent le même week-end, accompagnés par une pleine lune en Balance, le signe de l’équilibre.

 

Astrologiquement parlant, cette pleine lune forme une grande croix, composée de 4 carrés et de 2 oppositions. Cette configuration stressante et conflictuelle nous oblige à faire un bond en avant au niveau de la conscience : elle représente un moment de crise qui nécessite un changement. De manière générale, la grande croix nous pousse à aller au-delà de la dualité, de la destruction et du conflit, vers l’unité, la création et la paix.

 

Les énergies en jeu dans cette grande croix sont le Soleil, la Lune, Mars et Pluton. Avec la Lune en Balance opposée au Soleil en Bélier, la diplomatie sera le mot d’ordre. En tant que dieu de la mort et de la renaissance, Pluton ouvre la porte pour la transformation : en rendant conscient ce qui est inconscient, nous sommes trans-formés, nous changeons de forme. Pluton est en Capricorne, signe des structures de la société, des valeurs et des croyances. Il nous rappelle qu’en niant notre responsabilité, nous réfutons notre pouvoir. Mars, l’archétype du guerrier, est en Cancer, appelant ainsi la force féminine à donner vie à de nouvelles formes. Mars et Pluton sont tous deux rétrogrades, ce qui ne fait qu’augmenter le besoin de changement.

 

Il y a aussi un rectangle mystique dans la configuration du ciel : Pluton, Mars, Saturne et Vénus se combinent pour nous aider à accomplir le changement qui va nous transformer.
Cette pleine lune est donc le moment idéal pour résoudre de vieux conflits et passer à un niveau supérieur. Il nous faut reconsidérer nos valeurs et nos croyances en utilisant jugement et tolérance. C’est le moment d’écouter, de nous ouvrir à la vie toute entière, de reconnaître l’interconnexion entre toutes les choses et tous les êtres de façon profonde.

 

Fruit du hasard, cette réunion d’Ostara et de Pâques dans un ciel qui demande l’équilibre et la résolution de vieux conflits ? J’ai toujours eu le plus grand mal à croire au hasard, et je me dis que ce que les astres nous soufflent aujourd'hui n’est sans doute pas anodin. Si on regarde de près cette configuration astrologique, ne peut-on pas y voir l’occasion de rappeler que tous les dieux sont un seul dieu, que les différences entre les divers systèmes de croyances du monde ne sont que des interprétations d’une même vérité ? Je me prends tout à coup à rêver d’un monde où les humains cesseraient de se battre pour des questions de religion, où ils chercheraient tous ensemble une solution aux problèmes majeurs qui nous menacent tous et qui ne feront aucun cas de nos différences : le réchauffement climatique, la fonte des calottes polaires ne s’arrêteront pas aux portes des églises, des mosquées, des temples, des synagogues, ou des occultums. Notre responsabilité commune, n’est-ce pas d’oublier enfin nos différences pour nous tourner vers ce que nous avons en commun : une planète qui, à force de subir nos caprices et nos négligences, risque bien de nous faire comprendre d’ici peu que nous ne sommes qu’un fil dans la grande toile de la vie ?

Publié dans Mes Pensées Païennes

Commenter cet article