Ethique Wiccane : au-delà du Rede

Publié le par NightWind

Tout d’abord, mettons-nous d’accord sur une chose : l’éthique wiccane, c’est plus que simplement le Rede, et le Rede ne signifie pas "Ne fais de mal à personne ; jamais, parce que sinon ça va revenir te mordre trois fois." Beaucoup de gens l’interprètent comme ça, et le jeu de claquettes qu’ils font pour justifier cette interprétation rendrait Gene Kelly jaloux ! L’éthique wiccane est en fait beaucoup plus simple que ça, et pourtant bien plus complexe.

 

Commençons par examiner la partie “Ne fais de mal à personne” du Rede :  An' it harm none, do what you will. Traduit librement, cela signifie, "Si cela ne cause aucun tort, fais ce que tu veux." Tout ce qui ne cause aucun tort peut être fait, c’est une affirmation très libératrice. Cela signifie que nous ne sommes pas tenus par le code de conduite de qui que ce soit d’autre, seulement le nôtre. Tous les actes de plaisir sont sacrés.

 

Mais qu’en est-il des actions qui causent du tort ? N’est-ce pas là que la "Loi de Trois" intervient ? Oui et non. La “Loi de Trois” n’est pas réellement une loi, et il est difficile de trouver des sources quant à l’origine de ce principe dans les premiers écrits wiccans. Il y a quelques sources pour la "Loi du Retour", qui affirme, en substance, que tout ce que nous envoyons nous revient. Ou, en d’autres termes : on récolte ce que l’on sème, bien ou mal. Cela me semble logique, étant donné la loi physique de "réaction égale et contraire".

 

Bien sûr, cela dépend aussi de la définition que l’on a de "tort". Comment savoir quelles actions vont causer du tort et lesquelles ne le feront pas ? Je définis le "tort" comme le fait de faire du mal délibérément et sans nécessité à quelque chose ou quelqu’un. Les mots-clefs sont "délibérément" et "sans nécessité". "Délibérément" implique une intention consciente : vous avez l’intention de causer du tort par vos actions, donc vous êtes conscient de ce que vous faites et devez être prêt à en assumer les conséquences. "Sans nécessité" implique qu’il existe des actions qui ne causeraient pas de tort mais que vous choisissez de ne pas les effectuer.
En regardant cette définition, on se rend compte que ce concept de tort laisse de côté des actes comme tuer une plante ou un animal pour se nourrir ou l’auto défense. Ce sont des torts nécessaires. Il est indispensable pour survivre de tuer des plantes ou des animaux, de même qu’il est nécessaire pour survivre de causer du tort à ce qui vous menace. Ma définition laisse aussi de côté ce qui n’est pas intentionnel, comme marcher sur un escargot ou écraser un lapin par accident avec votre voiture. Je pense que ces actions ne sont pas concernées par l’éthique.

 

Aucune discussion sur l’éthique wiccane ne serait complète sans l’examen de deux points fondamentaux : la responsabilité personnelle et le libre arbitre. Vous serez bien en peine pour trouver un wiccan qui ne considère pas qu’il faille assumer la responsabilité de ses actes. Même ceux qui croient au triple retour de façon littérale soutiennent que l’on est obligé d’assumer les conséquences de ses actions. Je trouve que c’est particulièrement important par rapport à la Magie. Si vous êtes prêt à franchir le pas pour pratiquer une action magique dans une situation donnée, alors vous devez aussi réfléchir et accepter les conséquences qui en découlent. On n’a rien sans rien.

 

Puisque nous parlons d’action magique, cela nous amène à la notion de libre arbitre. Nombreux sont ceux qui croient que c’est contraire à l’éthique d’utiliser la Magie à l’encontre du libre arbitre de quelqu’un. L’idée est simple et claire, mais le concept entraîne lui aussi une démonstration de claquettes : certains clament que les sorts d’amour ne violent pas le libre arbitre de l’autre car l’intention est bonne ; d'autres affirment que les charmes destinés à lier ne violent pas le libre arbitre car c’est pour le bien de celui qui lie... et peut-être même pour celui est lié.

 

Si je décide de faire un acte magique, je porte un jugement sur ce que je pense être le meilleur résultat. Même si je pense que c’est incroyablement stupide d’essayer de forcer quelqu’un à tomber amoureux, je pense aussi qu’il n’y a pas de mal à faire un rituel pour attirer l’amour, ou pour aider à s’aimer soi-même. Admettons que je fasse un rituel pour trouver un partenaire ayant certaines qualités, et que je le trouve. Est-ce que ça viole le libre arbitre de qui que ce soit ? Honnêtement, je ne le sais pas, mais je pense que si les deux personnes sont heureuses, il n’y a pas de tort.

 

Qu’en est-il des liens? Bien qu’il puisse sembler idiot de pratiquer un rituel pour empêcher un collègue de répandre des commérages, qu’en est-il lorsqu’il s’agit d’empêcher une maladie de progresser chez quelqu’un ? En liant ou en bannissant un cancer, est-ce que j’interfère avec le libre arbitre de la maladie ? Comment savoir si, quelque part, la personne ne souhaite pas être malade, et si, en la guérissant, je n’interfère pas avec son libre arbitre ?

 

Je ne pense pas que ce soit correct de manipuler les gens ou les situations pour les faire aller dans le sens de son propre intérêt, mais finalement, je me dois d’agir de la manière qui me semble la plus adéquate. Je ne peux pas connaître toutes les conséquences possibles de ce que je fais, par la Magie ou autrement, et je ne peux non plus prévoir tous les torts possibles causés par mes actes. Je dois me fier à mon meilleur jugement, en utilisant mon éthique personnelle, et avoir confiance dans le fait que ce que je fais est le meilleur choix. Au bout du compte, c’est tout ce que nous pouvons faire.

 

L’éthique est quelque chose de très personnel. Les enseignements de la Wicca nous donnent les grandes lignes sur notre façon d’agir, magiquement ou quotidiennement, mais c’est tout. Au bout du compte, c’est à nous de décider de la façon dont nous allons suivre ces grandes lignes dans notre vie, dont nous allons définir le tort, le libre arbitre, et de décider des conséquences que nous sommes prêts à accepter.

Publié dans Au delà des Bases

Commenter cet article