Les Outils Magiques

Publié le par NightWind

L'Outil Principal
Le plus important outil magique, c'est vous-même, c’est même le seul outil rituel dont vous ayez vraiment besoin. Ce dont il faut se souvenir à propos des outils, c'est qu'ils ne sont que cela : des instruments, des supports. Ce n'est pas l'outil qui fait l'action, mais son utilisateur, et un utilisateur talentueux, quel que soit l'outil, atteindra des résultats qui reflèteront son habileté. 
La Sorcière va utiliser 4 outils conceptuels, des principes sans lesquels la magie n'opèrera pas ou aura des conséquences non désirées :
Vouloir : la volonté d'une sorcière est capable de diriger sa vie à sa satisfaction et, dans certaines circonstances, de diriger le cours des événements au-delà d'elle-même.
Savoir : il y a du pouvoir dans le savoir. Toute connaissance doit être évaluée et analysée, et doit mener à un point de vue équilibré et basé sur votre propre jugement.
Oser : le savoir seul ne sert à rien en magie si vous ne cherchez pas à expérimenter avec les forces autour de vous.
Se taire : à moins d'avoir une totale confiance en la personne avec laquelle vous souhaitez parler de votre voie, ne dites rien. Le contenu de votre Livre des Ombres est sacré et secret, sauf pour ceux qui souhaitent partager votre voie.

 

Les Outils 'Physiques'
L'Autel
Il sert à deux choses : c’est l’endroit où vous rangez vos outils rituels, encens, plantes, etc. et il sert aussi de focus visuel pour vos travaux magiques. Certaines traditions stipulent qu’il doit faire face à l’Est ou au Sud, ou être au centre, mais si vous pratiquez seul(e), vous pouvez le placer là où cela vous semble le plus approprié, selon votre ressenti.
Le côté droit de l’autel est généralement dédié au Dieu. Une bougie (rouge, jaune ou dorée) ou une statuette ou image appropriée, y sont placées, ainsi que l’encensoir, la baguette, l’athamé, la bolline et un bol de sel. Le côté gauche de l’autel est dédié à la Déesse. Ses outils sacrés y sont placés : la coupe, le pentacle, la cloche, le chaudron et un bol d’eau, ainsi qu'une image ou une statuette, ou une bougie (verte, blanche ou argentée). Le besom ou balai peut-être appuyé contre le côté gauche de l’autel. Le chaudron est parfois placé au sol à gauche de l’autel s’il n’y a pas de place dessus.

 

Il y a 4 outils de base communs à toutes les traditions wiccanes : l’Athamé, la Baguette, la Coupe ou Calice et le Pentacle. Chacun correspond à un élément et peut être utilisé pour appeler les Gardiens quand on fait son cercle. Certaines traditions conseillent de créer ses propres outils car c’est un moyen de leur apporter notre propre énergie. Si vous choisissez d’acheter vos outils, pensez à les purifier et à les consacrer avant toute chose. On n’emprunte jamais les outils d’un autre, et il est aussi recommandé de ne pas les toucher, à cause de la loi de l’empreinte.

 

L'Athamé est un couteau consacré à l'art de la Magie. Traditionnellement, il a une lame à double tranchant, un manche fait de bois ou d'os, généralement de couleur noire. Représentant l'Air ou le Feu selon les traditions, il sert à la création des cercles magiques, mais aussi à tracer des pentacles, à canaliser et à attirer les énergies invoquées dans le rituel, à trancher certains liens, etc... L'Athamé ne doit pas servir à couper du matériel : il ne tranche que les énergies subtiles. L'Athamé, de par sa forme, représente le principe masculin, tout comme le Calice représente le principe féminin.

 

La Baguette est l’outil le plus populaire, étant donné qu’elle a été bien souvent utilisée dans les contes, légendes et films fantastiques. La longueur traditionnelle d’une Baguette est identique à celle de l’avant bras de son propriétaire (du coude à l’extrémité du majeur). Son épaisseur dépend des goûts personnels, même si nombreux sont ceux qui la choisissent de l’épaisseur de leur majeur. La Baguette traditionnelle est faite de bois (noisetier, noyer, chêne, saule ou pommier) et souvent transpercée en son centre où l’on place une tige de cuivre afin de faciliter le transport de l’énergie. La Baguette sert à propulser notre énergie hors de notre corps, hors de notre index, vers notre but. Elle peut donc servir à charger (une huile, une amulette, un talisman, une potion, etc.), à tracer divers symboles dans les airs, à invoquer une divinité ou une entité. La Baguette est un symbole phallique. Elle évoque donc le principe masculin, et on la situe sur l’autel au Sud ou à l’Est.

 

Le Calice (Coupe) est utilisé sur l’autel pour représenter le principe féminin de l’eau. Il sert à contenir la boisson rituelle qui sera bue pendant la cérémonie. Symbole de la Déesse et de la fertilité, il représente le ventre de la Mère. Le Calice représente la femme dans le Grand Rite (l’union des principes mâle et femelle de laquelle naît toute vie).

 

Le Pentacle d'Autel est généralement un disque de métal ou de bois sur lequel est gravé une étoile à cinq branches, le pentagramme, dans un cercle. Il symbolise l’élément de la Terre, le Nord et l’énergie féminine. Il est généralement placé au centre de l’autel. On y pose les herbes à utiliser, les objets à consacrer, les bols de sel et d'eau lors de la bénédiction. On l’utilise pour consacrer d’autres objets et comme point focal de concentration dans le travail magique.

 

Autres Outils
La Bolline
est une serpette ou un couteau possédant un manche traditionnellement blanc, et en os. En rapport avec la Terre et le règne végétal, elle est très utile pour tout acte magique "physique" : on l'utilise notamment pour la récolte des plantes rituelles, pour graver dans la cire ou le bois, ou pour couper des fruits lors d'un rituel.

 

Le balai est l'emblème légendaire de la sorcière. Bien des représentations montrent une sorcière à califourchon sur son balai, volant dans le ciel nocturne. Ces représentations trouvent leur origine dans le fait que les sorcières d'antan utilisaient parfois un baume à base de plantes ayant des propriétés psychotropes. Par application sur la peau ou les muqueuses, les alcaloïdes donnaient de puissantes hallucinations, notamment l’impression de voler. De nos jours, le balai ou "besom" est utilisé pour nettoyer, avant un travail magique, l'espace de travail des énergies néfastes qui peuvent s'y trouver.

 

La tenue rituelle ne fait pas l'unanimité. Certains préfèrent travailler sans aucun vêtement ou "skyclad" (vêtu du ciel). Pour les néo-païens, se présenter nu dans le cercle est une façon de se montrer sans artifice devant les déités, le corps étant saint et sacré, et de les honorer. D'autres préfèrent travailler vêtus, soit de robes de cérémonie, soit de vêtements profanes. Quoi qu'il en soit, que l'on choisisse d'être nu ou habillé, le plus important est de se sentir à l'aise et en accord avec soi-même. Des vêtements inconfortables peuvent nous faire perdre notre concentration, tout comme la gêne que pourrait susciter le fait d’être nu.

 

Le Grimoire est un manuel qui renferme des textes divers en rapport avec la magie (par exemple : les plantes médicinales, les runes, des poèmes, des récits de rêves, des récits de visions, etc.) Le Grimoire reprend les règles fondamentales des différentes pratiques ainsi que des ajouts personnels : on pourra notament y relater ses séances passées.

 

Le Livre des Ombres est un livre (ou une partie du Grimoire) qui sert de recueil de textes magiques et religieux. Il renferme les principaux rituels, des incantations, l'éthique et la philosophie de la tradition suivie, etc. Il est habituellement copié à la main à partir du livre de la grande prêtresse initiatrice ou du grand prêtre, qui ont recopié le leur sur celui de leur initiateur. Dans les formes "éclectiques" de la Wicca ou dans la pratique néo-païenne, l'expression Livre des Ombres sert le plus souvent à désigner un journal où l'on conserve les rituels, les charmes et leurs effets, ainsi que d'autres informations sur la magie.

Publié dans Magie

Commenter cet article