L'Abbaye de Glastonbury

Publié le par NightWind

L’abbaye se situe dans un parc de 15 hectares au centre de Glastonbury. D’après la tradition, il s’agit du premier sanctuaire chrétien de Grande Bretagne, visité, selon la légende, par Joseph d’Arimathie et les Saints David & Patrick. Beaucoup de gens croient que l’Aubépine Sainte que l’on peut voir sur le site provient de la canne de St Joseph et d’autres sont convaincus que le Roi Arthur a été enterré dans l’Abbaye à côté de son épouse Guenièvre.

Histoire
Une communauté de moines était déjà établie à Glastonbury lorsque le Roi Ine de Wessex enrichit leur dotation. On dit qu’il a demandé à ce qu’une église en pierre soit construite en 712, dont les fondations forment actuellement la partie la plus occidentale de la nef. L’église fut agrandie au Xe siècle par l’Abbé de Glastonbury, Saint Dunstan, figure centrale du renouveau de la vie monastique, qui institua la loi bénédictine à Glastonbury. Dunstan devint Archevêque de Canterbury en 960.

Lors de la conquête normande en 1066, la richesse de Glastonbury en fit un prix de premier choix. Le nouvel abbé normand, Turstin, fit encore agrandir l’église, en construisant à l’est de la vieille église saxonne. En 1086, quand le Domesday Book fut établi, l’Abbaye de Glastonbury était le monastère le plus riche du pays. L’Abbé Henry of Blois demanda au chroniqueur William de Malmesbury que soit établie une histoire de Glastonbury vers 1125. L’ouvrage De Antiquitate Glastoniensis Ecclesiae est la principale source pour ce qui concerne l’histoire des lieux, ainsi que la légende. A l’époque, comme aujourd’hui, les légendes attiraient bien davantage que l’histoire les pèlerins qui contribuaient à la réputation de l’Abbaye.

En 1184, un grand incendie détruisit les bâtiments des moines. Au XIIe siècle, la nef fut rénovée afin d’accueillir les messes, tandis qu’était construite la nouvelle grande église. La découverte des tombes du Roi Arthur et de la Reine Guenièvre dans le cimetière en 1191 se chargea de donner un nouvel élan aux pèlerinages. D’après le chroniqueur Giraldus Cambrensis, l’abbé, Henry de Sully, ordonna des fouilles, découvrant à une profondeur de 5 m un tronc creux de chêne qui contenait deux squelettes. Au-dessus, sous la pierre de couverture, se trouvait une croix de plomb portant l’inscription “Hic jacet sepultus inclitus rex Arthurus in insula Avalonia » ("Ci gît le célèbre Roi Arthur enterré sur l’Ile d’Avalon").

Les messes dans la Grande Eglise avaient débuté le jour de Noël 1213, et le Roi Edward I assista au magnifique service où l’on enterra les restes du Roi Arthur au pied du maître autel en 1278.

Au début de la Dissolution des Monastères en 1536, il y avait près de 800 monastères et couvents en Angleterre. En 1541, il n’y en avait plus. Plus de 15,000 moines et nonnes furent dispersés et les bâtiments furent saisis par le Couronne, et revendus ou loués. En Septembre 1539, l’Abbaye fut pillée de ses objets de valeur et l’abbé Richard Whyting fut pendu comme traître sur le Tor le 15 Novembre 1539.

Les ruines de l’Abbaye furent rachetées par le Bath and Wells Diocesan Trust en 1908 et elles sont aujourd’hui la propriété de l’Eglise d’Angleterre.


Le Roi Arthur
Arthur est un roi légendaire de l’Angleterre avant l’invasion saxonne. Né hors mariage et élevé par le sorcier Merlin, il accède au trône en retirant l’épée magique Excalibur d’une pierre, alors qu’il n’est encore qu’un enfant. Cadbury Castle, à North Cadbury aurait été sa résidence, 'Camelot'.

 


Après de nombreux exploits, il fut blessé par Mordred à la bataille de Camlan, vers 542, et il fut amené à l’Ile d’Avalon pour y être soigné. Glastonbury était encore une île à l’époque, aussi est-il possible qu’un bateau l’ait amené au seul endroit où des soins médicaux auraient pu être prodigués : un monastère. Toutefois, ses blessures étaient mortelles et il aurait été enterré dans le cimetière sur le flanc sud de la Lady Chapel, à l’Abbaye de Glastonbury Abbey. Il fut enterré entre deux pyramides de pierre, à une grande profondeur.

Des siècles plus tard, en 1191, les moines creusèrent à cet endroit et découvrirent un cercueil de chêne qui contenait deux corps : un homme de grande taille et une femme dont les cheveux blonds étaient intacts jusqu’à ce qu’on les touche. Un siècle plus tard, les ossements furent placés dans des cercueils et transférés dans une tombe de marbre noir au pied du maître autel de la grande église. Ils y restèrent jusqu’à ce que l’Abbaye soit vandalisée après la Dissolution en 1539. Personne ne les a vus ou n’en a entendu parler depuis.

De nos jours, un panneau marque l’endroit  de la dernière sépulture d’Arthur.

Publié dans Autour d'Avalon

Commenter cet article