Les Jardins du Chalice Well

Publié le par NightWind


Chalice Hill est une des trois collines qui forment le coeur de Glastonbury. Elle se situe entre la ville et le Tor, cachant la masse de celui-ci lorsqu’on se trouve dans la ville. Cette colline a longtemps été considérée comme la plus sacrée des trois, et nombreux sont ceux qui croient qu’elle constitue la dernière cachette du Graal. 

Une source riche en fer, qui rend l’eau rouge, jaillit à cet endroit, et un jardin paisible y a été créé. Des allées bordées de lavande et d’autres fleurs vivaces louvoient à flanc de colline à travers le jardin, offrant au visiteur quelques endroits abrités où il peut s’arrêter pour méditer ou rêver. La magie est tangible dans le jardin du Chalice Well, et sa renommée attire les pèlerins, qu'ils soient païens ou chrétiens. 


L’eau jaillit avec un débit de 115.000 litres par jour et ne s’est jamais tarie, même pendant les périodes de sécheresse. Comme les sources chaudes de Bath, à quelques dizaines de kilomètres, l’eau possèderait des qualités curatives. Au cours d’analyses contemporaines, l’eau s’est révélée être naturellement radioactive.
Plus bas, l’eau jaillit d’une fontaine sculptée pour remplir une série de bassins qui reprennent la forme dessinée sur le couvercle du puits.


La teinte rougeâtre de l’eau lui a donné son nom de "Source de Sang" (Blood Spring) ; de nos jours, cette teinte est associée au sang du Christ, puisque la mythologie chrétienne suggère que Chalice Well est le site où Joseph d’Arimathie aurait placé le calice ayant recueilli les gouttes de sang du Christ lors de la Crucifixion, reliant ainsi le puits aux spéculations entourant l’existence du Saint Graal.


Chalice Well est un puits sacré qui aurait été bâti par les Druides. Les recherches archéologiques suggèrent qu’il a été utilisé quasiment en continu depuis au moins deux mille ans.
Les puits figurent souvent dans la mythologie galloise et irlandaise comme étant des portes sur le monde des esprits. La croisée des deux mondes est représentée par le couvercle du puits, couvercle qui fut dessiné par l’architecte et archéologue Frederick Bligh Bond en 1919. Les deux cercles entrecroisés constituent le symbole connu sous le nom de Vesica Piscis. Dans le dessin du couvercle, une lance ou une épée croise ces deux cercles, référence possible à Excalibur, l’épée du légendaire Roi Arthur, qui serait, d’après certains, enterré dans l’abbaye. Le feuillage représente l’Aubépine Sacrée de Glastonbury.


La croyance en une vertu curative de l’eau des sources sacrées et des puits est d’origine ancienne, notamment chez les peuples celtiques et les Druides. La signification d’un puits ou d’une source dépend de la raison pour laquelle ils apparaissent et certains points doivent être explorés, en particulier la croyance selon laquelle l’eau possèderait les qualités de la personne qui aurait causé son apparition.
Si l’on considère le Chalice Well d’un point de vue chrétien, le Saint Graal est à l’origine de son apparition. Dans ce cas, le sang du Christ mêlé à l’eau amènerait l’illumination et peut-être la résurrection et la vie éternelle.
Si l’on considère le Chalice Well comme étant plus ancien, d’origine pré-chrétienne, alors il est possible que ce puits ait été considéré comme un pont vers l’Autre Monde. Il peut aussi être associé avec la connaissance du ‘chaudron magique’, dans les eaux duquel une personne pouvait revenir à la vie.


De l’autre côté de l’accès public, il y a un bâtiment abandonné, sombre et humide qui abritait l’autre source de Glastonbury, la “Source Blanche”. Dehors, sur un coin du petit bâtiment, un maigre filet d’eau s’écoule d’une fontaine qui fut négligée. La construction du réservoir victorien qui était prévu pour collecter les eaux de la "Source Blanche", un autre site de pèlerinage, aurait tari à jamais la source et inondé les cellules des moines qui vivaient au pied du Tor. Malgré son faible débit, la "Source Blanche" attire encore les pèlerins, qui recueillent son eau.


Au coeur de Glastonbury, l’Ile d’Avalon, deux des puits les plus anciens d’Angleterre, la “Source de Sang” et la “Source Blanche”, comblent les pèlerins de sérénité et de répit après l’énergie chaotique et intense qui anime Glastonbury.  Car les énergies des deux sources s’écoulent avec autant de profondeur et de franchise.

(images sources diverses)

 

Publié dans Autour d'Avalon

Commenter cet article