Le mystère des relations humaines

Publié le par NightWind

Un article qui n'a rien d'ésotérique, mais il s'agit de quelque chose qui m'a fascinée lorsque j'en ai entendu parler pour la première fois, tellement je trouvais que cela expliquait bien des choses...

 

La proxémie

 

Nommée et étudiée par l'anthropologue américain Edward T. Hall en 1963 (La dimension cachée), cette discipline scientifique étudie l'organisation signifiante de l'espace des espèces animales et notamment de l'espèce humaine, autrement dit la distance physique qui s'établit entre des personnes prises dans une interaction.

Hall a montré qu’il y avait autour de nous une surface, une bulle, une zone émotionnellement forte ou encore un périmètre de sécurité individuel. L’homme comme les animaux observe des distances uniformes dans les rapports qu’il entretient avec ses semblables. A quelques exceptions près, la distance de fuite et la distance critique ont été éliminées des réactions humaines.

 

En fait, notre façon d’occuper l’espace en présence d’autrui est un des marqueurs de l’identité. La dimension de cette bulle personnelle varie selon les cultures. Elle est plus ample dans les pays nordiques que dans les pays méditerranéens et pratiquement inexistante dans les pays arabes. Ainsi, dans les pays latins, les distances entre les corps sont relativement courtes. En Afrique elles sont souvent si réduites que le contact physique est fréquent. À l'inverse, dans les pays nordiques ou au Japon, les contacts physiques sont plus rares et ces distances plus importantes.

 

Grâce à ses nombreuses observations, Hall a mis en évidence quatre catégories principales de distances interindividuelles en fonction de la distance qui sépare les individus : intime, personnelle, sociale et publique. L’intensité de la voix donne des informations sur la distance qui sépare deux individus, et les sentiments réciproques des interlocuteurs jouent un facteur décisif dans la détermination de leur distance.

 

La distance intime (entre 15 et  45 cm) : zone qui s’accompagne d’une grande implication physique et d’un échange sensoriel élevé.
La distance personnelle (entre 45 et 135 cm) : est utilisée dans les conversations particulières.
La distance sociale (entre 1,20 et 3,70 m) : est utilisée au cours de l’interaction avec des amis et des collègues de travail
La distance publique (supérieure à 3,70 m) : est utilisée lorsqu’on parle à des groupes.

 

Plus en détail…

 

La distance intime se situe entre 15 et 50 cm autour de chacun. Nous acceptons dans cette zone nos intimes et nos proches. En effet, à cette distance, la présence de l’autre s’impose et peut devenir envahissante par son impact sur le système perceptif. (vision, odeur, chaleur du corps, rythme respiratoire). Le contact physique ou son imminence domine la conscience, le contact est de peau à peau.
L’affluence dans les transports en commun peut placer des étrangers dans des rapports de proximité qui seraient considérés comme intimes, la tactique consiste alors à ne pas bouger, à s’écarter dès que possible et à contracter les muscles tant que le contact est imposé.

 

La distance personnelle désigne la distance minimum acceptable par chaque individu. On peut l’imaginer comme une petite sphère protectrice ou bulle qu’un organisme créerait autour de lui pour s’isoler des autres. A cette distance (50 à 75 cm), on ne constate plus de déformation des traits de l’autre. Elle permet à chacun de toucher l’autre si les deux tendent la main: le contact corporel est possible, mais la communication s’établit surtout sur un registre facial. Cet espace est qualifié d’espace de connivence.
La distance personnelle mode lointain (de 75 à 125 cm) est la limite de l’emprise physique sur autrui. Les détails de l’autre sont visibles (grain de peau, rides, couleur des yeux…), mais chaleur et odeur ne sont plus perceptibles. Le ton de la voix est plus élevé.

 

La distance sociale marque la limite du pouvoir sur autrui. Elle permet d’intégrer plusieurs personnes dans le cercle, environ 4 ou 5, mais plus aucun détail intime n’est perceptible et les contacts physiques sont impossibles. C’est la zone de la neutralité et de la diplomatie : on respecte le territoire personnel de chacun. L’accent est mis sur les gestes et non plus sur l’expression faciale.
Sur un mode proche (1,20m à 2,10m) on débat de sujets impersonnels.
Sur un mode lointain (2,10m à 3,60m) on prend du recul, on toise, on jauge. La dimension des mobiliers des personnalités importantes correspond à cette distance sociale. Cette distance peut servir à isoler ou séparer les individus.

 

La distance publique (2,10m à 7,50m) est celle de l’enseignement ou des réunions. C’est la distance située hors du cercle où l’individu est directement concerné. La personne compte moins que son discours. Nous faisons face à un public et devons alors porter notre voix, ralentir notre débit et articuler, amplifier et ralentir les gestes, ou travailler avec des technologies adaptées.

La distance publique mode lointain (au-delà de 7,50m) est celle des personnages officiels.

 

 

Que faire de ces territoires ?

 

L’être humain vit dans une bulle ou sphère. Le degré de confiance ou d’intimité établi entre des personnes, la nature des relations et les objectifs poursuivis lors des rencontres font de cette proxémie un allié ou un frein. Sachez identifier vos zones et respecter celles des autres pour établir des relations positives et bienveillantes. Il convient simplement de les avoir en tête et de nous mettre dans une posture de vigilance quand nous faisons face à un ou plusieurs interlocuteurs. Un mouvement de recul de leur part peut être le révélateur d’un mal être simplement psychologique parce que nous entrons dans sa zone personnelle sans y avoir été invité...

 

Si l’humain est entouré de "bulles " invisibles dont les dimensions sont mesurables, on peut alors concevoir qu’il soit brimé par les espaces où il est obligé de vivre et de travailler (stress, irritabilité). D’où l’importance de prendre en compte ces distances sociales dans la conception des lieux publics.

 

Publié dans Eso et Philo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

hicham abelhad 03/05/2009 20:18

merci pour ce sujet qui m'a aidé dans mon exposé la communication non verbale c tres interessants