Le mystère de la vie sur ma terrasse

Publié le par NightWind

Je préfère vous prévenir, ce qui suit est quelque chose de très personnel et il est possible que vous trouviez cela tiré par les cheveux. Tant pis pour moi si c'est le cas... 

Prologue : mon état d'esprit.
Ce mois de juin a été très particulier pour moi, et j’éprouve le besoin de raconter ce que j’ai vécu comme une expérience spirituelle profonde. Certains d’entre vous le savent, d’autres l’ont peut être soupçonné, mais le mois de mai s'est fini très mal, et il m'a fallu voir le médecin et faire appel aux médicaments pour me permettre de faire le point et de passer ce cap si difficile qu’était le premier anniversaire du décès de Maman.
D’autre part, le hasard a voulu que ma connexion internet rende l’âme au même moment, puis que ma ligne téléphonique et adsl se retrouve en dérangement pendant dix jours. Je dois dire que cette coupure avec le monde des blogs et des forums a aussi, dans un sens, eu son importance dans la remise en question nécessaire qu’il fallait que j’entreprenne.


La découverte

C'est donc dans cet état d'esprit plutôt déprimé que je découvre, le 6 juin (lendemain de l’anniversaire de mariage de mes parents, un hasard sans doute), une drôle de feuille dans une des jardinières qui sont accrochées à la balustrade de ma terrasse. Etonnée, je m'approche pour m'apercevoir que la drôle de feuille est en fait un oiseau qui couve !

Image hébergée par servimg.com

Trois jours plus tard, l'oiseau étant parti se nourrir, je peux enfin voir le nid, dans lequel se trouvent 4 petits œufs.
Image hébergée par servimg.com 
le nid et les oeufs

Je décide  alors de suivre l’évolution de ces œufs pas à pas, et de faire une sorte de reportage en prenant des photos fréquentes. Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’un oiseau vient nicher sur sa terrasse, surtout lorsqu’on sait que le terrain mesure 1800 m² et qu’il est relativement isolé, à l’extérieur du village, au milieu du parc naturel ! L'oiseau en question, une bergeronnette des ruisseaux, avait quand même fait un drôle de choix !
Un hasard ? Eh bien non, dès le départ, j’ai eu le sentiment que c’était un présent de Dame Nature, un présent qu’il me fallait considérer avec respect et amour.

J’ai donc observé la couvaison, persuadée au départ que c'était la mère que je voyais. Recherche faite depuis sur internet, je me suis aperçue que les deux parents se relayaient pour couver. La photo ci-dessus montre d'ailleurs le mâle, reconnaissable à sa gorge nettement noire, et au fait qu'il a le ventre entièrement jaune. La mère, elle, a des couleurs moins marquées, la gorge est plus grise et le ventre est blanc, avec la poitrine et de dessous de la queue jaunes.

Image hébergée par servimg.comImage hébergée par servimg.com 
bergeronnette des ruisseaux : le mâle et la femelle

Le 18 juin, jour de la pleine lune, en sortant sur la terrasse pour aller rendre au nid ma visite matinale, je découvre avec émotion les petits corps duveteux et tout tremblants. Monsieur et Madame Bergeronnette ne me laissent pas le temps de les prendre en photo, car ils continuent à les couver, pour les garder au chaud.


Image hébergée par servimg.com
20 juin, de drôles de fleurs


C'est seulement à partir du 20 juin que les petits commencent à réclamer leur pitance, et les parents entament alors leur ronde chasse-retour au nid-nourrissage. Comme ils sont moins souvent dans le nid, cela me permet de prendre des photos plus fréquentes et de m’ébahir devant la rapidité avec laquelle les changements se produisent :


Le duvet naissant,
Image hébergée par servimg.com
21 juin

les yeux qui s’ouvrent,
Image hébergée par servimg.com
23 juin

les premières plumes qui apparaissent,
Image hébergée par servimg.com
27 juin

et, enfin, la sortie du nid.
Image hébergée par servimg.com
29 juin

Les plumes caudales des petits sont encore trop courtes pour voler, mais j'attends maintenant avec un peu d’anxiété le moment où les jeunes vont s’élancer et partir, tout en sachant que cela fait partie de l’ordre des choses.
Image hébergée par servimg.com
30 juin


Un sens à tout ça ?
Et j’en arrive donc au sujet principal de cet article : le fait de pouvoir observer le nid ainsi, au jour le jour, et de redécouvrir une capacité d’émerveillement qui m’avait quittée l’an dernier, est-ce bien un hasard ?

Sincèrement, vous l'aurez compris, je ne le crois pas, et aussi étrange que cela paraisse, je pense que cette famille d’oiseaux m’a été envoyée par la Déesse pour m’aider, dans cette période douloureuse, à comprendre enfin le Mystère de la vie. J’ai observé quasi religieusement l’évolution de ces petits oiseaux, et au fur et à mesure que se produisaient les changements, j’ai "entendu" un certain nombre de vérités qui m’ont permis d’avancer dans mon travail de deuil jusqu’à l’acceptation.

La Nature, qui offrait à mes yeux éblouis le dévouement des parents, l’éclosion de la vie, la solidarité des deux adultes pour subvenir aux besoins de leurs jeunes, m’a fait ressentir la toute-puissance de la vie. Tout dans la Nature est fait pour promouvoir la vie. C’est le message que j’ai reçu en observant cette famille d’oiseaux, à un moment où j’avais vraiment besoin de le recevoir.

En suivant l’éclosion de ces oisillons, je me rends compte que j’ai vécu une nouvelle naissance, et je remercie les Dieux qui m'ont fait cadeau de ce Mystère. J’attends à présent que les oisillons s’envolent pour la première fois, en sachant qu’avec eux s’envolera une partie de mon passé, et je me sens prête à recommencer une autre vie, symboliquement représentée par une mutation professionnelle qui m’a été annoncée au moment où les plumes des petits ont commencé à pousser (encore un hasard ?).


Image hébergée par servimg.com
26 juin

Je sais que je vais peut-être très loin dans le symbolisme, mais qu’importe après tout.

En parlant de symbolisme, voici ce que j’ai trouvé sur le net pour la bergeronnette, je vous laisse juger de la qualité de ce fameux hasard… 

En Egypte, durant l'Ancien Empire, le Bénou était représenté sous les traits d'une bergeronnette. À partir du Nouvel Empire, il prit l'apparence d'un héron cendré.
Le Bénou est l’oiseau représentant l’âme de Rê qui le précède dans la barque céleste. Comme Rê, il était adoré à Héliopolis où on le trouve également lié à Atoum, le dieu du soleil couchant. De ce fait, l’oiseau Bénou est le symbole désigné du présent et du devenir : comme Rê, il renaît de ses propres œuvres, marquant ainsi le cycle du temps. Représentant la création et le renouveau, le bénou était porteur de joie et d’espérance, celle d’une renaissance après la mort.



Voilà, j'arrête ici ce long article. Je tenais à exprimer par ce texte ma gratitude envers ce "hasard" pour m'avoir permis de vivre une expérience qui m'a bouleversée et changée. C'est pour moi une preuve, s'il en fallait une, que les petites choses de tous les jours peuvent prendre une dimension spirituelle, pour peu qu'on sache regarder avec son coeur.
Que les Dieux vous accordent de tels moments.

Publié dans Humeurs et Autres

Commenter cet article

Kittie Louise 13/12/2008 16:20

Je trouve qu'il sagit là d'une très belle expérience et d'une trop jolie histoire, tu as eu beaucoup de chance et je ne pense pas que ce soit dénué de signification...Que c'est beau...

Kat-NightWind 13/12/2008 16:20

30/06/2008 @ 19:17:24
Eh bien voilà, les petits volent. Je n'ai pas eu le temps de prendre des photos, je ne sais pas s'ils resteront au nid encore quelque temps avant d'être complètement émancipés. Nous verrons...