La Zone 51

Publié le par NightWind

Image hébergée par servimg.com

ZONE 51
AVERTISSEMENT
ZONE INTERDITE
Ne pas aller au-delà de ce point
Personnel autorisé uniquement. Il est illégal de pénétrer dans cette zone
sans autorisation préalable du commandant de l'installation.
Vous êtes prévenu que tout le personnel et tous les biens en leur
possession peuvent être soumis à fouille et à saisie pendant
tout le temps de leur présence sur l'installation.
LA PHOTOGRAPHIE EST INTERDITE
Il est illégal d'effectuer des photographies, des films, des cartes , des dessins ou
toute autre représentation graphique de cette zone ou de ses équipements
à l'intérieur ou en volant au-dessus de cette installation.
Sec 21, Acte sur la Sécurité Interne de 1950: 18 USC 795
ETABLISSEMENT DE RECHERCHE TOP SECRET
L'UTILISATION DE LA FORCE MORTELLE EST AUTORISEE

Image hébergée par servimg.com

La Zone 51 est un rectangle d'approximativement 155 km² dans le comté de Lincoln au Nevada, à environ 190 km au nord-ouest de Las Vegas. Elle fait partie du vaste (12 140 km²) territoire de l'armée de l'air de Nellis (Nellis Air Force Range ou NAFR). La Zone 51 est formée principalement de la vallée Emigrant Valley, bordée par les chaînes de montagnes Groom et Papoose, au nord et au sud, respectivement; et des collines Jumbled Hills, à l'est. Entre les deux chaînes se trouve le lac Groom, un lit de lac asséché d'environ 5 km de diamètre. Du côté sud-ouest du lac, il y a un aéroport militaire avec des pistes d'atterrissage bétonnées, dont une, désaffectée, se poursuit sur le lit du lac, et quatre pistes en terre battue sur le lac lui-même.

Image hébergée par servimg.com


La Zone 51 a deux pistes en opération. La principale étant la 14L/32R, une piste au revêtement de béton d'une longueur de 3 650 m par 60 m de largeur avec une zone de débordement de 300 m à chaque extrémité. La seconde piste, la 12/30, qui sert aussi de voie de circulation est d'une longueur de 1 650 m par 45 m de largeur. La piste désaffectée a près de 10 km de longueur. Sa surface est bétonnée sur près de 3 800 m, asphaltée sur 3 400 m, et 1 600 m et 800 m d'asphalte en piteux état aux extrémités nord et sud, respectivement. On y retrouve au moins trois groupes d'indicateurs distincts, laissant croire que la piste n'a jamais été utilisée sur toute sa longueur à la fois.
A l'ouest des pistes se trouvent de nombreux hangars pouvant accueillir des avions de diverses tailles, des ateliers, le terminal des avions Janet, des dortoirs pouvant héberger plus de 1 000 personnes, un gymnase avec piscine, une cafétéria, divers bâtiments administratifs et même un terrain de baseball. A l'extrémité sud de la base, il y a une carrière permettant de fabriquer sur place le béton nécessaire à la réfection des pistes et la construction de nouveaux bâtiments. Plus au sud encore, se trouvent des bunkers où sont entreposés les armements. A l'extrémité nord de la base, sur les rives du lac asséché, se trouve une panoplie d'antennes radar de divers modèles. Un peu au nord-ouest du terrain de baseball, se trouvent les tranchées, maintenant remblayées, où jadis on brûlait les déchets.
La Zone 51 partage sa bordure ouest avec la zone Yucca Flats du Nevada Test Site (NTS), l'endroit où le Department of Energy (ministère américain de l'Énergie) a effectué une bonne partie de ses essais nucléaires. Le dépôt de déchets nucléaires de Yucca Mountain est à environ 65 km au sud-ouest du lac Groom.
La zone est reliée au réseau routier du NTS, par des routes pavées vers le village de Mercury et les Yucca Flats du côté nord-ouest. Sur la rive nord-est du lac, la Groom Lake Road, une route de terre en bon état, serpente à travers les collines Jumbled Hills. Groom Lake Road est l'ancien chemin qui conduisait aux mines dans la chaîne Groom. Elle a été améliorée depuis la fermeture des mines. Elle passe par une guérite, mais le périmètre de sécurité entourant la base s'étend un km plus loin vers l'est. Après la limite du périmètre restreint, marqué par plusieurs panneaux d'avertissement qui indiquent que «toute photographie est interdite» et que «l'usage de force pouvant entraîner la mort est permis», Groom Lake Road descend vers la vallée Tikaboo, en passant devant l'entrée de plusieurs petits ranchs avant de rejoindre la route 375, baptisée Extraterrestrial Highway (autoroute des extra-terrestres), au sud du village de Rachel.

Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com
Image hébergée par servimg.com 

* Les opérations à Groom Lake *
La base militaire de Groom Lake n'est pas une base conventionnelle et des escadrilles de première ligne n'y sont habituellement pas déployées. Elle semble plutôt être utilisée pendant le développement et les essais de nouveaux appareils. Lorsque ces appareils sont acceptés par l'USAF, l'exploitation de ce type d'appareil est généralement transférée à une base militaire conventionnelle. Groom Lake serait la résidence permanente d'un petit nombre d'appareils d'origine soviétique obtenus par divers moyens qui sont supposément étudiés et utilisés pour l'entraînement des pilotes américains.
Des satellites soviétiques ont photographié la zone 51 durant la guerre froide, mais ces images ne permettent que des conclusions modestes à propos de la base. Des images plus récentes obtenues par des satellites commerciaux démontrent que la base a grossi, mais ne démontrent rien d'exceptionnel.

*Essais de Prototypes*
Le lac Groom était utilisé pour des pratiques d'artillerie et de bombardement pendant la Seconde Guerre mondiale et a ensuite été abandonné jusqu'en 1955, quand il fut sélectionné par la division Skunk Works de la compagnie Lockheed comme l'endroit idéal pour tester son futur avion espion U-2 à l'abri des regards curieux.
Le premier U-2 vola au dessus de Groom Lake en août 1955 et des U-2 sous le contrôle de la CIA commencèrent à survoler le territoire soviétique dès le milieu de 1956. Comme la mission principale de l'avion U-2 était de survoler l'Union Soviétique, il opéra par la suite principalement à partir de bases près de la frontière soviétique.
Avant même que le développement du U-2 ne soit terminé, les ingénieurs de Lockheed commencèrent à travailler sur le projet « OXCART » de la CIA, un appareil de reconnaissance à haute altitude pouvant filer à mach 3 et qui aboutira au fameux SR-71 Blackbird. Le prototype du A-12 fit son premier vol officiel le 30 avril 1962, après un premier essai officieux 4 jours plus tôt. La petite mine de fer dans le bassin Groom fut alors fermée et le territoire autour de la vallée fut classé à usage militaire exclusif.

Image hébergée par servimg.com     Image hébergée par servimg.com     Image hébergée par servimg.com

** SR-71 Blackbird  **  F-117A Nighthawk  **  l'hypothétique Aurora **

Le premier prototype de chasseur furtif Have Blue, un petit cousin du F-117 Nighthawk, vola à Groom Lake à la fin de 1977. Les essais sur cette série de prototypes ultrasecrets s'y déroulèrent jusqu'au milieu de l'année 1981, lorsque les essais laissèrent leur place à la production initiale de chasseurs F-117. En plus des tests de vol, le complexe de Groom Lake servait à vérifier le profil radar de l'appareil, les tests d'armements du F-117 ainsi que l'entraînement du premier groupe de pilotes de F-117 de l'armée de l'air américaine.
Depuis la mise en service du F-117, les activités à Groom Lake ont continué sans relâche. La base et les pistes qui s'y rattachent ont été agrandies, et les vols quotidiens en provenance de Las Vegas transportant le personnel civil ont toujours lieu. Certains analystes affirment que selon les photos satellites récentes, la base aurait un personnel vivant sur place d'environ 1000 personnes avec autant qui voyagent de Las Vegas tous les jours. En 1995, le gouvernement américain agrandit le périmètre d'exclusion autour de la base pour inclure des sommets adjacents qui permettaient aux curieux d'avoir une vue sur la base. Depuis, une visibilité limitée du complexe n'est possible que depuis quelques sommets éloignés, particulièrement le mont Tikaboo, à environ 42 km à l'est.

* Les employés de la zone 51 *
La compagnie Edgerton, Germeshausen and Grier, Inc., maintenant connue sous le nom d'EG&G, opère d'un terminal privé à l'aéroport international McCarran de Las Vegas. Un certain nombre d'appareils sans identification font quotidiennement la navette entre McCarran et divers endroits à l'intérieur de la NAFR.
Selon les annonces que l'EG&G place dans les journaux de Las Vegas pour recruter des pilotes de lignes avec expérience, les intéressés doivent subir une enquête de sécurité du gouvernement et s'ils sont choisis, ils pourront toujours revenir dormir à Las Vegas. Ces avions, peints en blanc avec une bande rouge, incluent des Boeings 737 et plusieurs petits jets privés. Selon leur numéro d'enregistrement, ils appartiennent à diverses compagnies civiles de location d'avions. Des observateurs qui ont compté les départs et les voitures dans le parc de stationnement de la EG&G à McCarran estiment que plus de 1 000 personnes utilisent les vols Janet chaque jour.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com 

Pour les quelques employés résidant dans les villages avoisinant le NAFR, un autobus peint en blanc effectue le trajet le long de la route 375 et de la Groom Lake Road. Personne ne sait si ces gens sont des employés de la zone 51 ou des autres installations du NTS. L'autobus fait des arrêts dans les villages de Crystal Springs, Ash Springs, et Alamo.

Image hébergée par servimg.com


*Périmètre de la Zone et ses avertissements*

Image hébergée par servimg.com

Les "Camo dudes" veillent sur la scène depuis leur camionnette sur une colline. Le gouvernement américain reconnaît l'existence du complexe de Groom Lake, mais ne se prononce pas sur ce que l'on y fait. Contrairement au reste de la NAFR, la zone entourant le lac Groom est hors limite de façon permanente au trafic aérien civil et militaire régulier. Même les pilotes de l'armée de l'air qui s'entraînent dans la NAFR sont sévèrement réprimandés s'ils s'aventurent dans la «boite» nommée R4808E entourant l'espace aérien de Groom Lake.

Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

La sécurité au sol du périmètre est fournie par des gardes en uniformes employés par la firme EG&G qui patrouillent dans des camionnettes Jeep Cherokee blanches, ou des camionnettes Ford ou Chevrolet couleur sable. L'uniforme des gardes leur a valu le surnom de "camo dudes" (mecs en camouflage). Bien que les gardes soient armés de fusils d'assaut M-16 et qu'ils soient autorisés à les utiliser, aucun incident violent n'a été rapporté; les "camo dudes" se contentent habituellement d'escorter les visiteurs à l'extérieur du périmètre et d'attendre le sheriff du comté de Lincoln qui leur infligera une amende d'environ 600 $. Certains ont par la suite reçu des visites d'agents du FBI ; d'autres ont été détenus à l'extérieur du périmètre pour avoir simplement pointé leur caméra en direction de la base. Les gardes sont aidés dans leur tâche par des détecteurs de mouvements, et par des hélicoptères HH-60 Pave Hawk.

Image hébergée par servimg.com

La base n'apparaît sur aucune carte officielle du gouvernement américain; la carte topologique de la région ne mentionne que la mine abandonnée des Monts Groom, et les cartes d'aviation civile pour l'état du Nevada montrent un grand espace restreint, mais l'incluent dans l'espace aérien restreint de Nellis. De la même façon, la page de l'Atlas National montrant les terres fédérales au Nevada ne fait pas la distinction entre la base de Groom Lake et le reste des installations de la NAFR. Avant d'être rendues publiques, les images prises par le satellite Corona dans les années 1960 ont été altérées. Les images prises par le satellite Terra, qui étaient disponibles au grand public, ont été retirées des serveurs web, incluant le service Terraserver de Microsoft, en 2004. Les images prises par le satellite Landsat 7 sont toujours disponibles et sont celles qui sont utilisées par le programme Google Maps.
Le Président continue de renouveler à tous les ans le décret d'exemption pour Groom Lake. Ceci constitue la seule reconnaissance formelle, bien qu'indirecte, que les installations de Groom Lake n'ont pas la même vocation que le reste des installations de la NAFR.

Image hébergée par servimg.com
Les panneaux de "bienvenue"

1) AVERTISSEMENT ZONE INTERDITE Il est illégal de pénétrer dans cette zone sans autorisation préalable du commandant de l'installation.
Sec 21, Acte sur la Sécurité Nationale de 1950: 18 USC 795 Pendant tout le temps de leur présence sur l'installation, tout le personnel et tous les biens en leur possession peuvent être fouillés. Utilisation de la force mortelle autorisée
2) AVERTISSEMENT ! Ne pas entrer Autorité NRS 207-200 Pénalité maximale : amende de 1000$ 6 mois d'emprisonnement ou les deux. Strictement appliqué
3) PHOTOGRAPHIE INTERDITE DANS CETTE ZONE
4) AVERTISSEMENT INSTALLATION MILITAIRE Il est illégale de pénétrer dans cette installation sans l'autorisation écrite du commandant de l'installation. Commandant de l'installation Autorité Acte sur la Sécurité Interne, 50 USC 797 Pénalité : jusqu'à un an d'emprisonnement et amende de 5000$

S'il est difficile de cacher l'existence de cette base (dont l'existence est en fait déclarée dès 1955 par l'AEC qui en a la responsabilité administrative), on va surtout s'attacher à dissimuler sa véritable activité. Les employés, qu'ils soient manutentionnaires ou autres, sont tous déclarés comme "consultants du gouvernement", en raison d'une loi du Nevada obligeant à déclarer l'activité de tout travailleur de l'état... sauf des employés gouvernementaux.
Beaucoup pensent que cet endroit dépend de l'armée de l'air, parce que Nellis est une base aérienne, mais en réalité, la Zone 51 est restée sous le contrôle de la Navy jusqu’au 15 décembre 1999, date à laquelle le DOE a officiellement cédé le contrôle de la Zone 51 à l'USAF.

*Ovnis et autres théories ufologiques*
La connexion de la Zone 51 avec les programmes secrets de recherches en aéronautique ainsi que certains rapports de phénomènes inhabituels ont amené la Zone 51 au centre du folklore moderne sur les OVNIs. Certaines des prétendues activités incluent :
- l'entreposage et l'étude d'appareils extraterrestres (incluant du matériel récupéré de Roswell), l'étude de leur équipage (vivant ou mort), et la fabrication d'appareils basés sur la technologie extraterrestre.
- le développement d'armement à énergie ou d'instruments de contrôle météorologiques.
- les réunions ou collusions avec des extraterrestres.
- les diverses activités reliées à un gouvernement mondial secret.
Plusieurs de ces théories concernent des installations souterraines à Groom Lake ou près de Papoose Lake. En 1989, Bob Lazar a prétendu avoir travaillé à Papoose Lake sur les systèmes de propulsion d'une soucoupe volante appartenant au gouvernement américain dans un complexe qu'il nommait S-4.

*Bob Lazar*

Image hébergée par servimg.com

Il y a peu de rumeurs concernant la Zone 51 jusqu'en 1988, où un homme désirant garder l'anonymat déclare avoir travaillé sur un projet top secret dans la zone, visant à faire de la rétro-ingéniérie sur le système de propulsion d'un appareil d'origine extraterrestre. Pressé de questions, il jette le masque en Novembre 1988 : son nom est Robert Lazar, et il donne encore plus de détails : son activité, dans le cadre d'un projet nommé "Galileo", a eu lieu dans un site nommé "S-4", où 9 appareils extraterrestres seraient entreposés. Il précise les fonctions qui ont été les siennes sur le site : au sein d'une équipe de 22 ingénieurs, il aurait été engagé pour tenter de comprendre le système de propulsion de ces ovnis.
Le témoignage de Lazar fournit de nombreux détails sur le lieu, la manière de s'y rendre, les procédures de sécurité qu'il subissait avec ses collègues, la tâche qui lui était affectée, ainsi que des éléments techniques sur l'appareil sur lequel il travaillait et son fonctionnement : un réacteur à antimatière relativement petit en contradiction avec les lois de la thermodynamique actuellement admises, alimenté par un élément non trouvé sur Terre, que Lazar place au numéro atomique 115. Le principe final est d'utiliser des "amplificateurs gravitationnels" avec de distordre l'espace-temps, afin d'attirer la destination plutôt que de s'y rendre.
En fait l'activité décrite par Lazar (rétro-ingéniérie d'appareils extraterrestre), correspond à celle d'un projet hypothétique : le projet Redlight.
Différents points ne jouent pas en faveur du récit de Lazar. Tout d'abord la zone S-4 : si le lac "Papoose" existe bien au Sud de Groom Lake, les images satellite dont nous disposons ne montrent aucune installation dans la zone décrite par Lazar, y compris dans les dernières images à haute définition fournies par TerraServer. Bien sûr les descriptions de Lazar ne mentionnent que des installations camouflées dans le paysage ou souterraines, mais on s'explique mal pour les mêmes techniques de construction et de camouflage n'ont pas été appliquées aux installations de Groom Lake, également très secrètes.

Image hébergée par servimg.com
entrée d'installations souterraine


Si l'on interroge d'anciens employés de la Zone 51, aucun ne semble avoir de souvenir de Lazar. Ce dernier ne met pas en avant le secret qui leur aurait été imposé, mais explique que les employés ne communiquaient pour ainsi dire pas du tout entre eux à S-4.
Si la plupart des déclarations de Lazar concernant la zone S-4 sont invérifiables, ce qui l'est ne concorde pas vraiment. Son passé académique semble flou. Il dit avoir été diplômé de deux Universités américaines mais n’a jamais pu en apporter la preuve. Robert Lazar déclare avoir obtenu sa maîtrise du MIT en 1982. Les recherches conduites par le biais du répertoire des étudiants du MIT de 1978 à 1990 prouvèrent que Lazar n'a jamais mis les pieds dans cet Institut.
Lazar déclare avoir travaillé de 1982 à 1984 au Laboratoire National de Los Alamos, au labo de Physique des Mesons, avec un niveau de sécurité 'Q'. En fait, s'il est bien établi que Lazar a travaillé à Los Alamos, il n'est pas mentionné dans les annuaires des services qu'il cite, et l'on ne sait ce qu'il y fit exactement. Lorsque l'on interroge l'USAF au sujet de Lazar, celle-ci déclare n'avoir aucun commentaire à faire sur l'Espace Aérien de Nellis. Dans le même temps, le Sergent Technique Henderson, des Affaires Publiques, indique que l'USAF n'a aucune trace d'un quelconque travail effectué par Lazar à la Base USAF de Nellis.
Le passé de Lazar est plus que trouble. Son casier judiciaire mentionne le proxénétisme et incitation à la prostitution. Cette "discréditation" ne semble pas trop perturber Lazar, qui déclare enfin ne plus subir les pressions et filatures que lui imposaient ses supposés anciens employeurs.
En ce qui concerne l'élément 115, les physiciens admettent que l'existence d'un tel élément est théoriquement possible, mais que nous ne savons ni le fabriquer ni simplement le trouver. Que Lazar déclare avoir travaillé avec cet élément n'est donc pas forcément insensé, mais reste complètement invérifiable. Cependant, il semble en savoir assez pour avoir réellement travaillé dans la Zone 51.
En résumé peu de personnes croient aujourd'hui aux dires de Lazar, y compris dans le milieu ufologique.
Mais le récit de Lazar fit le tour du monde et fut à la source de l'engouement populaire et de la "publicité" faite autour de la Zone 51 ou Dreamland.

* Le témoignage de David Adair *
David Adair est un ingénieur de réputation mondiale spécialisé dans l'aérospatiale et l'aéronautique ayant travaillé pour l'armée américaine (l'Air Force et la Navy) ainsi que pour d'importantes firmes en armement.
Son intégrité et sa sincérité ne peuvent en aucun cas être mises en doute contrairement à celles de Robert Lazar.
Lors de son bref séjour dans la base 51 il y a plus de 30 ans, il a pu observer deux pistes d’envol de plus de 3 000 mètres chacune.
Arrivé au hangar central, le sol s’est affaissé. Un ascenseur géant a mené les visiteurs à environ 60 m sous terre.
Apparemment l’installation souterraine est gigantesque.
On lui a fait voir un réacteur de la taille d’un autobus. Selon lui, le réacteur était incroyablement sophistiqué et d’une technologie très avancée. L’engin ne comportait aucun boulon, ni soudure apparente.
Aujourd’hui, des recherches officielles sont menées sur des avions de combat. Le pilote est relié grâce à des électrodes au cerveau commande de l’avion. Le réacteur observé dans la zone 51 dans les années 70 était conçu selon le même principe ; changeant de couleur en fonction de l’état d’esprit de celui qui le touchait. Mais, à cette époque, aucun pays ne possédait une telle technologie.

Image hébergée par servimg.com 

Lors du tournage du film Independence Day, l'armée perd encore une occasion d'améliorer les choses, en indiquant aux producteurs qu'ils sont prêt à collaborer au film à une seule dernière condition : que toutes les références à la Zone 51 soient enlevées.

Image hébergée par servimg.com

Ceci est la réponse à votre lettre au Secrétaire du Département de l'Air Force. Ni l'Air Force ni le Département de la Défense ne possède ou n'opère un lieu connu comme "Zone 51". Il existe une grande variété d'activités, dont certaines sont confidentielles, à travers ce qui est communément appelé le Complexe Nellis Range de l'Air Force. Il existe un lieu d'opérations près de Groom Dry Lake. Des activités et des opérations spécifiques conduites à Nellis Range restent confidentielles et ne peuvent être discutées publiquement.
En espérant que ces informations vous soient utiles...

La dernière histoire en vogue est le déplacement de l'activité secrète qui avait lieu naguère aux alentours de Groom Lake : en Juin 1997, un article de Popular Mechanics fait sensation, indiquant que la Zone 51 est probablement fermée depuis un an et que les essais de nouveaux avions expérimentaux sont maintenant effectués en Utah, dans la zone 6413. Cependant, rien de probant n'appuie cette thèse. On parlera également d'une zone de 300 miles au Nord de l'Alaska, que les avions ne sont pas autorisés à survoler sous peine d'être abattus.

Image hébergée par servimg.com
miniature cliquable : images Google Earth

Publié dans Les Enigmes

Commenter cet article

gremlins60 29/11/2009 23:15


Dans le dernier paragraphe est ecrit qu'un article de popular mechanics mentionne que la zone 51 pourrait etre fermé depuis 1 ans .De plus au sujet de Lazar ,le fait qu'il n'a jamais mis les pieds
dans cette université peuvent etres des informations fauses dans le seul et unique but de cacher la verité sur les vrais activitées de la zone 51 .Le gouvernement fera tous se qui sera en son
pouvoir afin de protéger les informations sur cette bases secrete ;et même effacer toutes traces d'une quelconque preuve de presence dans les archives universitaires comme pour Lazar ou encore
pretendre que la base serait fermée afin d'assurer une meilleur protestion.
Ne croyez pas tout se qu'ils vous racontes.


Magalie 16/07/2009 22:30

En se renseignant sur Bob Lazar, on n'aprant qu'il dit avoir obtenu sa maitrise du MIT en 1982 a l'universitée Américaine mais par le biait du répertoire des anciens etudiants du MIT de 1978-1990, ils disent qu'il n'as jamais mis les pieds a l'iniversité Américaine

rousta 13/12/2008 16:25

Mes amitiés,vous avez raison de divulguer la vérité.Sans vous commandez faites une page sur my space et rejoignait le groupe O V N I de Ptit Fred nous avons besoin de personnes comme vous.C'est grave de cacher à l'humanité nos origines extra terrestre.Alors peut être sur my space !.Amicalement
(rousta@59neuf.fr)